Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture - Pêche

Vidéo de L214 : "Il faut sanctionner, pas généraliser", pour le député Didier Le Gac

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Le député LREM du Finistère Didier Le Gac, fustige la nouvelle vidéo publiée par L214 dans la nuit. On y voit des porcs maltraités dans un élevage breton.

Capture d'écran
Capture d'écran - Vidéo L214

Finistère, France

L214 dévoile une nouvelle vidéo avec Yann Arthus-Bertrand sur un élevage de porcs à Dirinon dans le Finistère. Cette fois il s'agit de porcs engraissés, on y voit de la maltraitance, des cadavres de porcelets écrasés par leur mère, d'autres victimes de blessures, du cannibalisme entre cochons. 

"Il ne faut pas généraliser" répond ce jeudi 21 novembre 2019 Didier Le Gac, député LREM de la circonscription de Brest Rural. "Si la réglementation n'a pas été respectée, l'Etat fera son travail. L'Etat fait des contrôles régulièrement." 

S'il y a eu un défaut avéré, il faut que cet éleveur soit sanctionné - Didier Le Gac, député LREM de la circonscription de Brest Rural

"S'il y a eu un défaut avéré, il faut que cet éleveur en particulier soit sanctionné, _que les anomalies soient corrigées_. Il faut sanctionner, il faut prendre en compte la cause animale. On vient de prendre des décisions pour interdire la castration des porcelets à vif, le broyage des poussins vivants. C'est pris en compte!"

Eviter l'amalgame

Mais Didier le Gac ne décolère pas contre ce genre de vidéos : "Il faut éviter l'amalgame et dire que tous les agriculteurs français sont pointés du doigt. J'ai vu, par le passé, des vidéos prises dans ma circonscription, dans des élevages exemplaires. Des images orientées, isolées de leur contexte ou mises en scène, clairement destinées à interpeller ceux qui les regardent. _La fin ne justifie pas les moyens_, on n'a pas le droit de rentrer dans un endroit privé, et dans un élevage agricole c'est pareil. Encore plus parce qu'il y a des questions sanitaires derrière. L'agri-bashing, le dénigrement systématique des agriculteurs, ce n'est pas tolérable."

Les premiers défenseurs de la cause animale sont les agriculteurs eux-mêmes

"On n'a pas besoin de ces vidéos pour voir que l'agriculture française, bretonne se transforme. _La très grande majorité des agricultures bretons respecte la réglementation_. Je ne connais pas d'agriculteurs qui se lève en disant 'quel animal je vais faire souffrir' ! Les premiers défenseurs de la cause animale sont les agriculteurs eux-mêmes."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu