Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

VIDÉO - «J’ai l’impression d’être un pompier» ou quand un maraîcher gère la sécheresse au potager

mercredi 10 octobre 2018 à 19:15 Par Thierry Colin, France Bleu Sud Lorraine

La sécheresse se fait ressentir dans les potagers : des légumes au calibre plus petit et des insectes ravageurs plus nombreux. Rencontre avec un maraîcher de l’association Lortie à Malzéville, en banlieue de Nancy qui gère les tuyaux depuis quatre mois en scrutant salades, carottes et choux chinois.

«j’ai l’impression d’être un pompier» : Kurt Milmine, maraîcher de l'association Lortie à Malzéville.
«j’ai l’impression d’être un pompier» : Kurt Milmine, maraîcher de l'association Lortie à Malzéville. © Radio France - Thierry COLIN

Malzéville, France

La sécheresse de l’été se poursuit avec des températures de 25 degrés en octobre en Lorraine. En banlieue de Nancy, cela fait quatre mois que l’on joue de la rampe d’arrosage pour irriguer quelques hectares de potagers de l'association Lortie à Malzéville. Quatorze salariés cultivent tomates, salades ou navets pour fournir plus de 300 paniers de légumes chaque semaine.

Des oignons et pommes de terre plus petits, des salades qui montent en graines, le manque d'eau conduit le maraîcher à gérer au mieux son arrosage qui est limité à 1000 m2 simultanément sur les hauteurs de Maléville. Il faut donc déplacer les tuyaux très régulièrement. L’été été a été compliqué et il se prolonge constate Kurt Milmine, l’un des responsables de culture à l'association Lortie qui produit des paniers bio avec des salariés en réinsestion. 

Plus de 300 paniers solidaires et bio sont produits chaque semaine chez Lortie.  - Radio France
Plus de 300 paniers solidaires et bio sont produits chaque semaine chez Lortie. © Radio France - Thierry COLIN

Un panier solidaire et bio avec de bonnes qualités gustatives et nutritives malgré le manque d'eau. Il faut juste s’adapter confie le passionné de la nature qui surveille les choux chinois qui pourraient vite monter en graines.