Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

VIDÉO - La mise au marais de Liesville-sur-Douve, un rendez-vous séculaire

vendredi 1 juin 2018 à 19:35 Par Maxime James, France Bleu Cotentin

Ce sont des rendez-vous séculaires dans le Cotentin. Les mises au marais se terminent dans le département. Ce vendredi, c'était celle de Liesville-sur-Douve au marais du Pommier. Les 117 bovins et les 35 chevaux y resteront jusqu'en décembre prochain.

À Liesville-sur-Douve, 117 bovins ont été introduits dans le marais du Pommie
À Liesville-sur-Douve, 117 bovins ont été introduits dans le marais du Pommie © Radio France - Maxime James

Liesville-sur-Douve, France

Les 43 hectares du marais du Pommier à Liesville-sur-Douve sont désormais occupés depuis ce vendredi par des bovins et des chevaux. Une mise au marais à laquelle neuf agriculteurs et éleveurs de la Manche et du Calvados ont participé. Pour certains, il s’agit surtout un avantage pratique. « C’est mon oncle qui a commencé car on était un peu juste en surface autour de l’exploitation », explique Cédric Lepoultier, agriculteur à Tournières, dans le Calvados.

Pour la mairie, c’est un avantage financier. Cette mise au marais permettra de récolter 15 000 €. Pour déposer un animal, il faut débourser 140 € par cheval, 90 € par vache de moins de deux ans et 100 € pour les vaches de plus de deux ans. Mais l’aspect traditionnel de ce rendez-vous séculaire est tout de même présent. « La commune est propriétaire de 243 hectares de marais, 200 sont loués par des agriculteurs, mais pas les 43 restants du marais du Pommier car on veut garder la tradition », confie Gérard Le Collonnier, adjoint au maire. 

Un employé communal viendra chaque matin, à l’aube, pour vérifier les clôtures, compter les bêtes et vérifier qu’elles se portent bien.