Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - La moisson des blés a commencé en Côte-d'Or

-
Par , France Bleu Bourgogne

Le blé est mûr dans la plupart des exploitations de Côte-d'Or, et les agriculteurs ont sortis leurs moissonneuses. Mais la récolte souffre des conséquences de la sécheresse du printemps, qui a grillé une partie des jeunes pousses.

L'exploitation de blé de Bertrand Godot s'étend sur 140 hectares, qu'il mettra environ 10 jours à récolter.
L'exploitation de blé de Bertrand Godot s'étend sur 140 hectares, qu'il mettra environ 10 jours à récolter. © Radio France - Caroline Félix

La moisson, c'est un peu le moment de vérité pour la plupart des exploitants. Perché dans la cabine de sa moissonneuse, Bertrand Godot, exploitant du GAEC des Fontenois au nord-est de la Cote-d'Or, observe que l'on "voit les lignes de semis dans les champs, ce qui indique un faible rendement". En effet, on peut voir la terre car il y a peu de tiges de blé, : " Le blé, quand il grandit au mois de mars, il fait un nombre de talles par pied. Et il y a des talles qui ont crevé au mois d'avril", à cause de la sécheresse, explique Bertrand Godot.

La moisson des blés vient après celle de l'orge d'hiver
La moisson des blés vient après celle de l'orge d'hiver © Radio France - Caroline Félix

Mais bonne nouvelle, le blé est dense, c'est à dire de bonne qualité, ce qui permettra à la coopérative de le vendre pour faire du pain. S'il avait pesé moins de 72 kilos/ 100 litres, la coopérative n'aurait pu le vendre qu'à l'alimentation animale. Ce qui représente un manque à gagner de 20 à 40 euros par tonne, souligne l'exploitant. La moissonneuse batteuse est simple à conduire, il n'y a pas de permis spécifique. Et tout est automatisé, comme vous pouvez le constater dans cette vidéo. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess