Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

VIDÉO - La sécheresse rend difficile le travail des agriculteurs en Seine-et-Marne

lundi 29 octobre 2018 à 5:31 Par Willy Moreau, France Bleu Paris

Depuis le mois de juin, la pluie manque à l'appel en Seine-et-Marne. La terre est devenue tellement dure avec la sécheresse que les agriculteurs ont du mal à faire leur semis.

Louis-Daniel constate que sa terre est "dure comme de la pierre".
Louis-Daniel constate que sa terre est "dure comme de la pierre". © Radio France - Willy Moreau

Courcelles-en-Bassée, France

Alors que Paris vient de battre un record en terme de sécheresse, la pluie boude aussi la Seine-et-Marne où les agriculteurs peinent à faire leur semis. 

Des machines cassées

À Courcelles-en-Bassée, à une trentaine de kilomètres de Fontainebleau, en Seine-et-Marne, Louis-Daniel Champy est en train de semer ses graines de blés. Mais depuis quelques mois, la terre est devenue si dure que son semoir commence à s'abîmer : "On a de la casse. C'est 50 à 80 euros par éléments et il y en a 80 donc ça va chiffrer"

Sur le chemin pour aller vers son exploitation, il constate que ses semis ont du mal à pousser : "J'observe la parcelle que j'ai semée et la levée est moyenne, ça fait des bandes. Il y a seulement quelques zones levées, là où c'est vert. Le reste est sombre, couleur terre ou végétaux"

À Courcelles-en-Bassée, Louis-Daniel n'avait plus vu une sécheresse si vive depuis 2003. - Radio France
À Courcelles-en-Bassée, Louis-Daniel n'avait plus vu une sécheresse si vive depuis 2003. © Radio France - Willy Moreau

Environ la moitié de ses graines de lin n'ont pas poussé cette année. Il est encore trop tôt pour chiffrer le manque à gagner mais Louis-Daniel Champy fait tout de même les comptes : sur ses 190 hectares, il y aura moins de rendements pour davantage de travail. 

"Il faut compter une heure et à une heure et demi de plus par hectare travaillé. Pour les trèfles, on ne devait faire que passer que le semoir mais j'ai dû passer deux fois pour émietter la terre et assurer le semis de mon champ"'. 

Avec le froid qui s'installe, Louis-Daniel craint que tout finisse par geler.