Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche DOSSIER : Salon de l'Agriculture 2019

VIDEO - Les réserves, le coin VIP des éleveurs sur le salon de l'agriculture à Paris

jeudi 28 février 2019 à 4:01 Par Charlotte Coutard, France Bleu Mayenne

Les éleveurs de vaches Rouge des Prés ont ouvert à France Bleu Mayenne les portes de leur réserve sur le salon de l'agriculture à Paris. L'endroit où ils mangent, se reposent, et font la fête à la nuit tombée.

La réserve des éleveurs de vaches Rouge des Prés sur le salon de l'agriculture à Paris
La réserve des éleveurs de vaches Rouge des Prés sur le salon de l'agriculture à Paris © Radio France - Charlotte Coutard

Argenton-Notre-Dame, France

Une trentaine d'éleveurs mayennais passent la semaine ou quelques jours au salon de l'agriculture à Paris. Ils vivent tous ensemble, mangent sur place, dorment sur place. Pour cela, des boxes ont été installés dans un coin du Hall 1 du parc des expositions de la porte de Versailles. Des réserves pour chaque race d'animaux, interdites aux visiteurs. Il y a notamment la réserve pour les éleveurs de vaches Rouge des Prés, parmi lesquels figurent quatre éleveurs mayennais. 

Une cuisine tout équipée

Dans cette réserve, on découvre une véritable cuisine aménagée à l'abri des regards des visiteurs du salon. Aux fourneaux pour toute la troupe "Rouge des Prés", Marie-Andrée dite Madé, femme d'éleveur à Châtelais dans le Maine-et-Loire. Ça fait 25 ans qu'elle porte le tablier de cuisinière en chef. "C'est un sacerdoce, parce qu'il faut faire les courses avant de partir, c'est toute une galère", sourit la cuisinière. "On prévoit, on part avec un chargement, la viande c'est en surgelé". Au total 500 repas à cuisiner sur place.

"C'est un sacerdoce".

"On apporte le frigidaire, tout ce qu'il faut pour pouvoir passer une semaine sur le salon, les tables, les bancs, les chaises, la nourriture", détaille Jean-Claude Pichon, éleveur à la retraite à Argenton-Notre-Dame dans le Sud Mayenne. "C'est la SICA qui fournit tous les bancs et tables, l'organisme de sélection".

Reportage au coeur des réserves des éleveurs Rouge des Prés

500 repas servis en une semaine

C'est Madé qui cuisine, mais elle ne fait pas la vaisselle. Tout le monde met la main à la pâte assure Antoine Ménard, il est éleveur Rouge des prés dans le Maine-et-Loire. "On participe pour faire la vaisselle, ça c'est notre boulot", lance l'éleveur.

Les éleveurs en profitent pour se reposer, pour se parler, et oublier un peu les problèmes sur l'exploitation. "Ça permet de se détendre un peu, de se ressourcer pour les mois qui viennent parce que le métier est très compliqué. Quand on a beaucoup de tracas ce n'est pas facile de se détendre", reconnait Jean-Claude Pichon

Un tout autre salon la nuit

Et le soir, quand les portes du salon sont fermées, que tous les visiteurs sont partis, les éleveurs de toutes les races de vaches se mélangent explique Julien Douet, fils d'éleveur. "Le soir on se retrouve avec les autres races, ça permet d’échanger. On revoit tout le temps les mêmes têtes donc au bout d'un moment il y a des liens qui se créent. C'est un lieu de rencontre, on se revoit, on voit les copains. C'est une très bonne ambiance. Pour rien au monde je ne louperais un salon".

"Pour rien au monde je ne louperais un salon".

Mais que se passe t-il vraiment dans les réserves, une fois la nuit tombée ? "C'est comme des vacances le soir, on est ensemble, c'est convivial. On boit un coup ensemble", raconte, sans entrer dans les détails, Antoine Ménard. "C'est aussi ça qui fait qu'on vient au salon. Se retrouver ensemble derrière, voir les copains, être une semaine ensemble, à vivre"! "C'est une deuxième famille", conclut Julien Douet.