Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

VIDÉO - Sarthe : un éleveur aurait-il perdu 200.000 lapins en 4 ans à cause... des ondes ?

-
Par , France Bleu Maine, France Bleu

Patrick Pilon, éleveur à Saint-Longis (Sarthe), a perdu 200.000 lapins en 4 ans. Une surmortalité qui serait due à un excès d'ondes électromagnétiques à hautes fréquences dans son exploitation. Parmi les possibles facteurs, une antenne-relais, située à quelques centaines de mètres.

Patrick Pilon, éleveur sarthois, a perdu 200 000 lapins en à peine 4 ans. La surmortalité serait dûe à aux hyperfréquences des bâtiments.
Patrick Pilon, éleveur sarthois, a perdu 200 000 lapins en à peine 4 ans. La surmortalité serait dûe à aux hyperfréquences des bâtiments. © Radio France - Pauline Pennanec'h

Saint-Longis, France

Un éleveur du nord-sarthe alerte sur l'hécatombe qu'il a subi dans son élevage. Patrick Pilon, éleveur à Saint-Longis, a perdu 200.000 lapins en 4 ans. D'où cela vient-il ? Pas de l'alimentation ni de l'hygiène. D'après une expertise privée d'un géobiologue de la Chambre d'Agriculture de la Sarthe, il y a un excès d'ondes à hautes fréquences dans son exploitation. Une mesure réalisée à l’intérieur du bâtiment indique une fréquence de 600 mV/m à 800 mV/m, alors que la recommandation du géobiologue est de 500mV/m.

L'antenne relais (au fond à gauche) est située à 140 mètres de son exploitation - Radio France
L'antenne relais (au fond à gauche) est située à 140 mètres de son exploitation © Radio France - Pauline Pennanec'h

L'antenne-relais, un facteur ?

À 140 mètres de son premier bâtiment est installée une antenne-relais, depuis 2004. Depuis le passage à la 3G, puis à la 4G, l'éleveur rencontre des problèmes : "À la naissance, ils sont plus petits qu'avant, et je n'ai aucune explication. Ils ont un comportement anormal : ils ne mangent pas, ils ne grossissent pas au départ, sans qu'il y ait de pathologie particulière... Il y a un souci, et ça fait quatre ans qu'on cherche..." Aujourd'hui, Patrick élève 20.000 lapins, contre 30.000 auparavant.

Un éleveur de la Sarthe a perdu 200 000 lapins en à peine 4 ans. La surmortalité serait dûe à aux hyperfréquences des bâtiments. - Radio France
Un éleveur de la Sarthe a perdu 200 000 lapins en à peine 4 ans. La surmortalité serait dûe à aux hyperfréquences des bâtiments. © Radio France - Pauline Pennanec'h

C'est la goutte d'eau qui aurait fait déborder le vase selon l'expert, mais rien n'est formellement prouvé.  Toutes les normes françaises sont respectées. Ni l'expert, ni Patrick Pilon n'incriminent l'antenne, mais cela pourrait être un facteur du phénomène. L'éleveur a revu son installation électrique. Il y a du mieux, mais ça n'est pas encore ça. En menant son enquête, il a découvert que d'autres éleveurs étaient concernés. 

On se sent moins seul, parce qu'en quatre ans, je me suis senti vraiment seul. Ça devenait complètement obsessionnel. Je dormais, je mangeais avec mes problèmes... Je n'ai pas de preuves, mais que d'autres soient concernés, ça me conforte dans mon idée

Un collectif pour peser en justice

Aujourd'hui, l'éleveur est en redressement judiciaire et veut alerter les agriculteurs sur ce problème. Un collectif, l'APEM, l'Association de Protection de l'Environnement Malicornais, a recensé des dizaines de cas, chez des éleveurs. Des perturbations dans des élevages de bovins, de volailles : "Mais ça n'est pas facile de dire que c'est ça, la cause, car la géobiologie n'est pas reconnue", affirme Henri Joly.  Mais "dès que des élevages sont installés sur un terrain où passe une rivière souterraine, et où est située une antenne, c'est là qu'on rencontre des problèmes."

Une réunion organisée par l'APEM est prévue le 8 février à la salle communale de Saint-Longis. Patrick Pilon espère que de nombreux éleveurs répondront présents. 

Reportage France Bleu Maine - Pauline Pennanec'h

Choix de la station

France Bleu