Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

VIDÉOS - Des éleveurs Mayennais s'entraînent dur pour le grand concours de vaches Prim'Holstein

mardi 7 novembre 2017 à 4:00 Par Charlotte Coutard, France Bleu Mayenne

Le grand concours départemental de vaches Prim'Holstein a lieu ce samedi 11 novembre à Mayenne. Mais avant de concourir, les éleveurs Mayennais s’entraînent pendant des semaines avec leurs vaches pour bien défiler face aux juges.

Lucile, 7 ans, et sa génisse Myosotis, vont participer au concours PH 53 à Mayenne.
Lucile, 7 ans, et sa génisse Myosotis, vont participer au concours PH 53 à Mayenne. © Radio France - Charlotte Coutard

Saint-Aubin-du-Désert, France

Plus de temps à perdre ! Le grand concours départemental de vaches Prim'Holstein, organisé par l'association PH 53, au lieu ce samedi 11 novembre au parc des expositions de Mayenne. Plus de 160 vaches et génisses sont déjà inscrites, de 39 élevages Mayennais. Un record !

Plus de 160 animaux inscrits de 39 élevages

Parmi les vaches qui vont concourir, il y aura Navane et Myosotis, deux génisses - deux vaches qui n'ont jamais eu de veau - et Jimalaya, Hawaï et Glasgow, trois vaches Prim'Holstein adultes. Ce sont les bêtes de Maël, 8 ans et demi, Lucile, 7 ans, Maryline et Alain Perrier, éleveurs à Saint-Aubin-du-Désert.

La famille s’entraîne dur depuis un mois, deux fois par semaine, avec ses 5 bêtes. Il faut leur apprendre à défiler, à marcher doucement la tête haute devant les juges. "On tient la vache très près du licol (sorte de harnais, ndlr), près de la tête", explique Maël. "Si elle ne veut pas avancer, on lui fait des chatouilles au niveau de la croupe. Et si elle avance trop vite, on la pince ou on la tire", ajoute Lucile. "'Ou on se met devant elle en lui faisant lever la tête", précise Maël.

"Il faut qu'elles marchent avec élégance et qu'elles soient fières" - Alain Perrier.

Les deux enfants apprennent les techniques, sous le regard attentif de leurs parents, car ce n'est pas simple pour des enfants de maîtriser une vache, même petite. "Navane est un petit peu coquine", confie Maryline. "Il faut qu'elles marchent tranquillement, qu'elles lèvent bien la tête, qu'elles marchent avec élégance et qu'elles soient fières, mais bon ça c'est autre chose !" sourit Alain.

Écoutez | Reportage France Bleu Mayenne de Charlotte Coutard.

Mais ce qui compte également chez une belle vache Prim'Holstein, c'est "sa finesse, sa profondeur de poitrine, sa ligne de dos, ses aplombs, si elle de bonnes pattes, du talon, il faut qu'elles aient des bons membres".

Défilé, caresses et bisous au programme

Alors entre deux défilés, pour calmer les deux génisses, les enfants multiplient les caresses et les bisous. "Je l'aime bien, j'aime bien quand je la caresse, quand je lui fais des bisous. J'adore la promener toute seule", détaille Lucile. Tout comme son frère Maël : "j'aime bien les caresser, j'aime bien les câliner, j'aime bien les génisses, j'aime bien les vaches, j'aime bien la ferme quoi ! On les promène, on les fait défiler, on fait en sorte qu'elles lèvent la tête".

"C'est notre journée de vacances !" - Alain Perrier.

Mais si les Perrier vont au concours, c'est avant tout pour s'amuser. "Je ne sais pas si nos vaches ont des chances d'être remarquées. On y va pour participer, on aime bien, les enfants sont à fond dedans, ils contents, c'est l'essentiel", ajoute Alain."C'est agréable d'être en famille. C'est une ambiance de convivialité. C'est notre journée de vacances ! Mais avant la journée de vacances, il y a du travail quand même", rigole l'éleveur.

"Ça nous sort un petit peu de notre ferme" - Maryline Perrier.

"Ça nous fait plaisir et puis ça nous sort un petit peu de notre ferme. Ça nous permet de rencontrer des gens du département qui ont aussi la passion de l'élevage", confirme Maryline. "Et puis ça fait plaisir aux enfants, on ne les force pas. Ils sont volontaires pour le faire". Juste à côté de sa maman, Maël acquiesce : "Il y a plein de vaches dans le concours. On voit même des taureaux. Je ne serai pas déçu si je gagne pas car j'aime bien. Et j'y vais pour participer".

La génisse Myosotis, accompagnée de Lucile, 7 ans, sous le regard de son père Alain, à Saint-Aubin-du-Désert (Mayenne). - Radio France
La génisse Myosotis, accompagnée de Lucile, 7 ans, sous le regard de son père Alain, à Saint-Aubin-du-Désert (Mayenne). © Radio France - Charlotte Coutard
Maël en pleine séance de brossage et de caresses avec Navane, sa génisse, à Saint-Aubin-du-Désert (Mayenne). - Radio France
Maël en pleine séance de brossage et de caresses avec Navane, sa génisse, à Saint-Aubin-du-Désert (Mayenne). © Radio France - Charlotte Coutard