Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Vigneron bio dans l’Yonne : un combat de tous les jours

mercredi 31 janvier 2018 à 4:02 Par Delphine Martin, France Bleu Auxerre et France Bleu Bourgogne

Le Millésime Bio, le plus grand salon du vin bio de France se tient en ce moment à Montpellier. Dans l'Yonne, seulement 6% des vignes sont Bio. C'est en-dessous de la moyenne nationale, mais malgré les difficultés, les vignerons qui ont sauté le pas ne le regrettent pas.

Avec son épouse, Denis Pommier produit du Chablis Bio depuis 2013.
Avec son épouse, Denis Pommier produit du Chablis Bio depuis 2013. © Radio France - Delphine Martin

Dans le petit village de Poinchy, à un saut de puce de Chablis, Denis et Isabelle Pommier cultivent 22 hectares de vignes. Ils sont certifiés Bio depuis 2013, mais leur démarche a été engagée en 2009. Et s'ils ont fait ce choix, c'est avant tout pour des questions de santé. "J’ai ma famille proche qui a été touchée par des cancers, et ça été un déclic. Je me suis dit qu’il fallait produire le plus propre possible. J’ai aussi pensé à nos employés, le travail de la vigne, c’est 500 heures par hectares. On y passe beaucoup de temps et on voudrait essayer de les faire travailler dans les conditions les plus saines possibles", explique Denis Pommier.

Au bout de 5 ans : les sols revivent

Et malgré deux années difficiles à cause de la météo, le couple ne le regrette pas. "Là, je trouve qu’on a des sols qui sont très souples, plus faciles à travailler. Mais il faut attendre au moins 5 ans. Et concernant les vins, ils sont plus délicats, je trouve, plus subtils", affirme Denis Pommier. Il est obligé de vendre son vin un peu plus cher, mais les clients habitués suivent. Et de nouveaux venus, adeptes du bio, s’intéresse à sa production.

"Ma famille a été touchée par les cancers, je me suis dit il faut produire plus propre" - Denis Pommier

Mais ça n’est pas facile. Il y a le travail de désherbage, qui est plus intense. Les rendements, plus faibles « de 20% au moins ». Et puis il y a la météo, qui donne des sueurs froides régulièrement. 

Denis Pommier et son épouse ont quand même perdu la moitié de la récolte deux années de suite à cause de la pluie et du gel. En 2016 puis en 2017. "On a vraiment passé deux années très compliquées. On s’est posé beaucoup de questions mais j’ai voulu rester en bio. On a testé tout un tas de plantes, d’huiles essentielles pour essayer d’enrayer le mildiou. Et je pense qu’on a bien fait de ne pas craquer."

Un vin plus vrai, plus naturel

Dans le vignoble de Saint Bris le Vineux, il n’y a pas de regrets non plus chez les Bersan. Jean-Christophe, qui appartient à la 5e génération de vignerons de cette illustre famille, a décidé de se lancer en Bio en 2009. Son père, Jean-Louis, l'a tout de suite soutenu. "’J'avais même déjà préparé le terrain", dit-il fièrement. 

Jean-Louis Bersan et son fils Jean-Christophe produisent du vin Bio à Saint-Bris - Radio France
Jean-Louis Bersan et son fils Jean-Christophe produisent du vin Bio à Saint-Bris © Radio France - Delphine Martin

Les motivations étaient, là aussi, liées à la santé. "La réflexion de Jean-Christophe a été de se conformer au cahier des charges de l’agriculture biologique pour protéger la terre, l’eau, les employés qui travaillent dans la vigne et qui travaillent les produits et ensuite, par voie de conséquence, de proposer des vins plus vrais, plus naturels", détaille le vigneron.

"protéger la terre et l'eau et proposer des vins plus naturels" Jean-Louis Bersan

Jean-Louis Bersan est aujourd'hui très fier de la qualité des vins de son fils : "Aucun producteur de vin biologique ne peut penser qu’il va, d’un coup d’un seul, faire les meilleurs vins de sa région et de son appellation. Mais je constate que les vins produits, vinifiés et travaillés par mon fils sont toujours dans le peloton de tête lors des dégustations collectives." Jean-Christophe Bersan présente justement ses vins, en ce moment, au Millésime Bio de Montpellier.

En Bourgogne, le nombre de vignerons bio a été multiplié par 6 en 15 ans, les surfaces cultivées ont été multipliées par 5, selon les chiffres de l’observatoire régional de l’agriculture biologique

Le reportage de Delphine Martin

Le vin bio représente seulement 6% du vignoble de l'Yonne - Radio France
Le vin bio représente seulement 6% du vignoble de l'Yonne © Radio France - Delphine Martin