Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vignobles, arbres fruitiers, betteraves : le gel abîme les cultures dans plusieurs régions

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

La vague de froid et le retour du gel de ces derniers jours ont causé des dégâts importants dans les cultures de plusieurs régions : producteurs de fruits, de légumes et vignerons s'attendent à perdre une partie de leur récolte, parfois très importante.

Les viticulteurs luttent contre le gel, comme ici en Touraine.
Les viticulteurs luttent contre le gel, comme ici en Touraine. © AFP - Pascal Montagne

Les bougies, brûlots ou éoliennes chauffantes installés dans les vignes et les vergers ne suffiront pas à préserver toutes les récoltes du gel. Face à la vague de froid qui traverse le pays cette semaine, et alors que des records ont été battus pour un mois d'avril, les producteurs de plusieurs s'attendent à perdre une partie parfois importante de leur récolte.

"Les dernières nuits marquées par une chute historique des températures et des gelées destructrices viennent de mettre un coup d'arrêt à la floraison et menacent fortement plusieurs filières de production agricole" a souligné jeudi le syndicat agricole majoritaire FNSEA dans un communiqué. Vignes, arbres fruitiers mais aussi colza ou légumes de plein champs... un grand nombre de cultures sont atteintes sur un large secteur allant du nord de la France à la vallée du Rhône, en passant par le bordelais. 

"Les dégâts sont impressionnants chez les viticulteurs et chez les arboriculteurs. La détresse est grand aussi dans le monde des grandes cultures ! Les impacts sur le colza, en pleine floraison, sont dramatiques, comme sur les semis de betteraves : de très nombreux planteurs vont devoir ressemer plus de la moitié de leur surface" poursuit la FNSEA qui appelle "à une réaction rapide des pouvoirs publics".

"Mobiliser très fortement les assureurs"

Il faudra "quelques jours pour mesurer précisément l'ampleur des dégâts" a déclaré jeudi sur Public Sénat le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie. Il estime que c'est un "nouveau coup dur" dans un contexte "déjà difficile pour nos agriculteurs", notamment pour les viticulteurs qui ont vu "beaucoup de débouchés fermer du fait du confinement". Julien Denormandie a précisé qu'il réunirait l'ensemble des filières pour évaluer précisément les dégâts et "voir comment on peut apporter des soutiens". 

"Dans les cultures qu'on dit 'assurables', je pense par exemple aux vignes, à la grande culture, il va nous falloir mobiliser très fortement les assureurs" a poursuivi le ministre. Pour les cas où les cultures ne sont pas assurées, le régime des calamité agricoles est susceptible d'être actionné quand un épisode climatique est jugé exceptionnellement intense. 

Vaucluse : une partie de la récolte de Côtes du Rhône menacée 

Dans le Vaucluse, une partie de la récolte 2021 de Côtes du Rhône est compromise. Les fleurs de cerisiers et pommiers ont également gelé et la récolte de pommes, cerises et des abricots sera réduite à cause du gel. Inter-Rhone estime qu'une partie de la récolte 2021 de vins des Côtes du Rhône est compromise, car certaines parcelles de vignes ont entièrement gelé. La région PACA a annoncé une aide exceptionnelle pour les agriculteurs.

Les cerisiers gelés à Lagnes, dans le Vaucluse.
Les cerisiers gelés à Lagnes, dans le Vaucluse. © Radio France - Philippe Paupert

Entre 70 et 90% du vignoble d'Armagnac touché

Dans les Landes et le Gers, les vignobles d'Armagnac ont été très durement touchés par les gelées de mercredi matin. Le Bureau national interprofessionnel de l'Armagnac évoque déjà plus de 70% du vignoble détruit. "La récolte est plus que compromise", révèle  Patrick Farbos, le président du BNIA à France Bleu Gascogne. Les viticulteurs comptent sur les contre-bourgeons pour sauver la récolte. "Dans le cas contraire, s'il a fait trop froid même pour le contre-bourgeon, on n'aura pas de récolte. Il a suffi d'une nuit pour détruire 70 à 90% du vignoble. Pour un viticulteur, c'est une catastrophe", déplore-t-il.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Dans le Jura, 60 à 90 % de pertes dans le vignoble d'Arbois

Dans le vignoble de l'Arbois, dans le Jura, les gelées records de la nuit de mardi à mercredi ont détruit entre 60 et 90 % de la récolte 2021. La neige s'est infiltrée dans les bourgeons éclos ou prêts à éclore. Résultat, plus de la moitié de la récolte est détruite. Philippe Bulabois, viticulteur à Arbois. Il estime à 85, voire 95 % sa récolte détruite, pire qu'en 2019 où il avait déjà perdu près de 70 %.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

A Gaillac dans le Tarn, des parcelles détruites à 90%

Dans le Tarn, les viticulteurs sont très inquiets. Certaines parcelles ont déjà eu de gros dégâts avec 80 à 90% de pertes, notamment dans des secteurs autour d’Albi. Les alentours de Lisle-sur-Tarn ont été moins touchés, avec 10 à 25 % de pertes.

Les vignes gelées dans le secteur de Lisle-sur-Tarn.
Les vignes gelées dans le secteur de Lisle-sur-Tarn. - Cédric Carcenac

Dans l'Hérault, des parcelles de vignes détruites à 100%

Dans l'Hérault, les vignes ont également été très touchées, avec certaines parcelles détruites à 100%. "Les dommages sont d'autant plus importants que la végétation était en avance pour la saison, avec les premières feuilles sur les ceps de vigne. C'est un moment de grande fragilité", explique Jérôme Despey, président de la Chambre d'Agriculture de l'Hérault à France Bleu Hérault. Les arboriculteurs et les céréaliers du département sont également touchés.

En Corrèze, des cépages détruits à 100%

Les vignobles corréziens sont touchés comme jamais par cet épisode de gel. Certains cépages très précoces sont même détruits à 100 %. Les pommiers du secteur sont également très touchés.

Vignes et arbres fruitiers très touchés dans le Gard 

Le Gard a également été très touché par le gel, et aucun secteur de production n'est épargné. Selon les premières tendances, les pertes de récoltes vont de 20% à 40% pour les secteurs les plus épargnés. Elles peuvent grimper jusqu'à 100% de pertes dans les zones les plus touchées.

Les vignes et les arbres fruitiers ont été touchés dans tout le Gard, comme ici à Cardet, près d'Anduze.
Les vignes et les arbres fruitiers ont été touchés dans tout le Gard, comme ici à Cardet, près d'Anduze. © Radio France - Guilhem Peladan

Inquiétude dans les autres vignobles

Dans la plupart des autres vignobles, les producteurs ont installé des bougies ou des brûlots pour tenter de protéger leurs cultures. C'est le cas dans la région de Bordeaux : "La vigne est en effet actuellement en pleine pousse, les bourgeons sont sortis, et un coup de gel à ce stade pourrait mettre en péril le travail de toute une année", explique Philibert Perrin, le président du Syndicat des Pessac Léognan à France Bleu Gironde. En Bourgogne, les viticulteurs allument également des bougies pour tenter de préserver leurs vignes.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Au Pallet, en Loire-Atlantique, les vignerons sont également inquiets. Mercredi matin,  Laurent Bouchaud, du domaine "Le bois joli", a observé que des bourgeons étaient pris par la glace, a-t-il confié à France Bleu Loire Océan.

Les vignerons de Dordogne tentent également de protéger leurs cultures du gel avec des feux de paille. 

Les viticulteurs de Touraine, ont également allumé des brasiers pour protéger leurs vignes du gel. C'est notamment le cas des producteurs de Vouvray. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le département de la Loire n'a pas été épargné non plus. Dans le Roannais et le Forez, 30 à 50% des vignes sont endommagées. Sur le versant rhodanien du Pilat, les pertes atteignent 50 à 80% selon les appellations. Le président de la Loire aux trois vignobles estime que 80% de la récolte est perdue sur l'appellation Condrieu.

Abricots, pêches, cerises : dégâts "terribles" pour les arboriculteurs dans la Drôme et en Ardèche 

Dans la Drôme et en Ardèche, arboriculteurs et viticulteurs sont dépités ce jeudi matin : certains savent déjà que leur récolte a été en partie ou totalement "brûlée" par les températures négatives. "Les chaufferettes mises en place toute la nuit n'ont malheureusement pas marché" explique Aurélien Esprit, arboriculteur à Pont-de-l'Isère dans la Drôme. "On a eu un froid très sec, arrivé très tôt dans la soirée, qui a résisté aux bougies, on n'avait jamais vu ça même en plein hiver cette année", explique-t-il à France Bleu Drôme Ardèche. "On sait que tout ce qui est abricot, c'est terminé à 90 %, une bonne partie des pêches", déplore-t-il. 

"100% de pertes en abricots et en cerises" - Christel Césana, présidente de la FDSEA de l'Ardèche

Les dégâts semblent généralisés sur l'ensemble de la Drôme et de l'Ardèche. Christel Césana, la présidente de la FDSEA de l'Ardèche, parle de "100% de pertes en abricots et en cerises". Le gel était si intense que "les feuilles de cerisiers craquaient sous la main quand on les serrait."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Betteraves, cerises : "Catastrophe" pour les agriculteurs du Loiret

Le président de la Chambre d'agriculture du Loiret évoque ce jeudi, sur France Bleu Orléans, "une catastrophe" pour les agriculteurs du département après une troisième nuit de gel dans le département. Les producteurs de cerises ont probablement perdu une partie de leur production, tout comme les betteraviers, certains ayant perdu 90% de leurs semis.

Ces pousses de betteraves gelées sont devenues noires.
Ces pousses de betteraves gelées sont devenues noires. © Radio France - Marie-Hélène Hérouart

Toujours dans le Loiret, dans les Côteaux du Giennois, Dominique Billereau, viticulteur à Ousson-sur-Loire, estimait déjà, mercredi, avoir "entre 20 et 30% de gelées sur les jeunes plantations". 

Les pruneaux et raisins touchés en Dordogne  

En Dordogne, dans les vergers de prune du Bergeracois, les gelées nocturnes ont également fait des dégâts. Pour Sébastien Larroque, directeur de la coopérative de prunes Prunidor, "20 à 30%" de perte de récolte est à prévoir. Après une deuxième nuit de gel, ce jeudi , les producteurs de pruneaux et de raisins ne peuvent que constater les dégâts.

Pommiers et vignes touchés en Berry, "d'énormes dégâts" 

Dans le Berry, les viticulteurs et les arboriculteurs font également un constat amer après de nouvelles gelées dans le nuit de mercredi à samedi. "On ne peut pas nier que le gel ait durement touché les vignobles, confie Edouard Mognetti, directeur du Bureau interprofessionnel des vins de Centre-Loire à France Bleu Berry. 

Pascal Clavier, arboriculteur, évoque "d'énormes dégâts. "Tout ce qui a brûlé à cause du froid, ce sont les meilleures pommes. Voir le fruit de votre travail disparaître sous vos yeux, c'est un peu raide. Ce matin, avec mes collaborateurs, on avait tous les larmes aux yeux", témoigne-t-il. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix
Choix de la station

À venir dansDanssecondess