Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vive la pluie ! En Isère placée en vigilance sécheresse, l’agriculture a besoin d’eau

-
Par , France Bleu Isère
Primarette, France

C'était une journée pluvieuse ce mardi, saluée par les agriculteurs isérois. Le département est placé depuis une semaine en vigilance sécheresse, car le printemps a été sec jusqu'ici, et il fait suite à un hiver lui-même marqué par le manque de précipitations.

Une humidité bienvenue dans les champs, comme ici dans les environs de Cour-et-Buis
Une humidité bienvenue dans les champs, comme ici dans les environs de Cour-et-Buis © Radio France - Jacky Page

Le printemps nous avait jusqu’ici habitués à une météo ensoleillée. Le retour de la pluie peut rendre le badaud d’humeur maussade, mais les agriculteurs, eux, en redemandent. Jean- Claude Darlet, le président de la chambre d'agriculture de l'Isère, résume la situation : « On a vraiment besoin de beaucoup d’eau, parce qu’on est sur une sécheresse presque sans précédent depuis plusieurs décennies, avec un impact qui va commencer à se faire sentir sur les exploitations, notamment d’élevage ».

Du vent, et pas de pluie : la double peine

C'est bien le constat dressé par Laurent Michel, qui élève un troupeau allaitant de 70 vaches limousines, avec leurs veaux, sur la commune de Primarette. Sa première récolte de fourrage est décevante, avec un rendement réduit de moitié. Le vent qui a soufflé fort ces dernières semaines a amplifié le phénomène de sécheresse. L’éleveur y voit une manifestation du changement climatique : « C’est un peu double peine, on n’a pas d’eau et on a du vent. Je me rappelle que quand j’étais petit, les grands-parents disaient que le vent du sud amenait la pluie. Aujourd’hui, on a du vent du sud, mais on n’a plus la pluie qui va avec. »

Signe inquiétant : une source sur sa propriété, dont il se sert pour abreuver les bêtes, présente un débit réduit dès ce printemps, un phénomène qu’on observe plutôt en août après plusieurs mois de sécheresse. Faudra-t-il acheter du fourrage cette année? Difficile à imaginer pour des éleveurs dont la trésorerie est au plus mal. Il faudrait pouvoir stocker, en prévision des mauvaises années, mais dans ce cas il convient de prévoir des bâtiments de stockage, ce qui implique de gros et coûteux investissements.

Des restrictions d'irrigation envisagées

Les agriculteurs qui le peuvent procèdent à l'arrosage de leurs cultures, mais les nappes phréatiques ne se sont pas rechargées durant l'hiver trop sec. Le comité départemental de l'eau doit se réunir à la mi-mai. Et Jean-Claude Darlet craint qu'il ne préconise des restrictions d'irrigation pour ceux qui puisent dans les rivières ou les nappes les plus fragiles. Alors en attendant, un peu de pluie, c'est toujours bon à prendre, pour faire reverdir les pâturages, et germer les semences.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess