Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Puy-de-Dôme : les paysans alertent sur le manque d'eau, mais se heurtent à une faible mobilisation

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Samedi matin, la Confédération paysanne a organisé un "apéro-débat" sur le thème du manque d'eau dans le Puy-de-Dôme. Mais entre paysans et sympathisants, seule une dizaine de personnes étaient présentes sur le rond-point en face de l'usine Volvic.

Les paysans s'étaient réunis sur un rond-point face à l'usine Volvic
Les paysans s'étaient réunis sur un rond-point face à l'usine Volvic © Radio France - Léo Corcos

Volvic, France

"On voulait avoir ce débat avec la population, mais apparemment ça n'intéresse pas grand-monde... il y a sans doute d'autres causes plus importantes", se désole Philippe Falvard, paysan et porte-parole de la Confédération paysanne. Peut-être le public s'est-il préservé pour la marche pour le climat, qui avait lieu l'après-midi. On pourrait ajouter la problématique rugby, puisque compte tenu du décalage horaire avec le Japon, le match du XV de France était le matin, à 9h15. Or le rendez-vous était à 10h. "J'ai eu des gens au téléphone qui me disaient "oh mais y a le rugby", donc oui, ça joue", sourit Philippe Falvard.

Le manque d'eau est estimé à plus de 50% par endroits, selon les paysans

Pourtant, pas de quoi rire. Selon les chiffres de la Confédération paysanne, le manque d'eau est estimé, à certains endroits, à plus de 50% par rapport à une année normale. "La sécheresse a été terrible cette année, c'est du jamais-vu", confirme Philippe Falvard. Dans son viseur, les groupes privés, comme Volvic. "Il ne me semble pas normal que Volvic envoie de l'eau en Australie, dans des bouteilles en plastique. Et quand on voit les accords de libre-échange, on se dit qu'il faut que ce système s'arrête."

Des chiffres pour comprendre - Radio France
Des chiffres pour comprendre © Radio France - Léo Corcos

"Il faudra bien se rendre compte que le jour où il n'y aura plus d'eau, on ne pourra pas survivre. Beaucoup d'élevages sont condamnés, dans les Combrailles." - Philippe Falvard, paysan et porte-parole de la Confédération paysanne

Lui-même paysan dans les Combrailles (il tient à ce terme, et non celui d'agriculteur), il va devoir 50% de ses bêtes en fin d'année, car il n'a plus de quoi les entretenir niveau eau. 

Des graphiques étaient présentés - Radio France
Des graphiques étaient présentés © Radio France - Léo Corcos

Lui défend un modèle d'agriculture dite paysanne, respectueuse de l'environnement. "Elle doit s'intégrer dans la société. On ne veut pas faire du chiffre : notre impact sur l'environnement doit être positif. Il faut un maximum de paysans qui arrivent à nourrir leur famille sans détruire ce qui existe autour. Les paysans devraient être les premiers écologistes"

Pas de découragement malgré la faible affluence 

A l'heure où nombre de collectifs se sont rejoints pour la marche pour le climat, Philippe Falvard regrette que la population ne se soit pas sentie concernée par le problème paysan. "Notre démarche est dans le sens de la marche pour le climat. C'est bien beau de dire qu'on va faire quelque chose pour le climat, mais on commence par où ? Est-ce que le bilan carbone est positif quand on envoie de l'eau qui vient de la chaîne des Puys, dans des bouteilles en plastique, vers l'Australie ?", s'interroge-t-il.

Mais il préfère positiver. "Le sujet reste vaste, plein de luttes restent à mener. Ca ne nous découragera pas. On trouvera d'autres thématiques", conclut-il dans un sourire.

Choix de la station

France Bleu