Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Vosges : population stable de loups sédentaires

mercredi 19 décembre 2018 à 17:39 Par Hervé Toutain, France Bleu Sud Lorraine

D'après l'office départemental de la chasse et de la faune sauvage, la population des loups sédentaires dans les Vosges est restée stable sur un an. Trois individus a minima ont été recensés. Deux ont élu domicile dans les Hautes-Vosges. Un autre en plaine, à la limite de la Meurthe-et-Moselle.

Réunion sur le loup dans les Vosges, à la fédération départementale de chasse.
Réunion sur le loup dans les Vosges, à la fédération départementale de chasse. © Radio France - Hervé Toutain

Vosges, France

Selon Marie-Laure Schwoerer, déléguée régionale Grand-Est de l'office national de la chasse et de la faune sauvage, le nombre de loups sédentaires dans les Vosges est resté stable sur un an. Trois spécimens a minima ont été recensés dans le département.  Deux résidents dans les Hautes-Vosges, et le troisième en plaine à la limite avec le département de la Meurthe-et-Moselle. 

Toujours selon Marie-Laure Schwoerer, des loups "de passage" ont pu faire des apparitions mais ne sont pas restés. Des individus qu'il est, de toute manière, très difficile de pister et de dénombrer.

Des kits d'investigation pour suivre la population des loups

Un programme de suivi du loup, dit "de routine", permet de faire remonter les informations depuis le terrain. Dans le massif vosgien, une soixantaine de correspondants sont ainsi mobilisés. Ils ont reçu le mois dernier une formation de deux jours. Aspect, comportement, habitat et habitudes du canidé leur ont été dévoilés. Des correspondants qui ont également reçu des "kits d'investigation". De quoi mener des enquêtes poussées sur les cadavres d'animaux découverts ou signalés. Les prélèvements sont ensuite envoyés à l'ONCFS qui effectue des analyses biologiques, afin de déterminer si l'attaque est bien celle d'un loup.