Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Vosne-Romanée : les vignerons ont peur de voir passer une vélo-route aux pieds de leurs parcelles

samedi 23 juin 2018 à 19:36 Par Lila Lefebvre, France Bleu Bourgogne

Une piste cyclable qui relierait Dijon à Beaune en passant au milieu des vignes c'est le projet porté par le Conseil Départemental de Côte-d'Or. S'il a de quoi séduire les touristes, à Vosne-Romanée, on rappelle que ces chemins servent avant tout au travail des vignerons.

La vélo-route passerait notamment aux pieds du domaine Romanée-Conti.
La vélo-route passerait notamment aux pieds du domaine Romanée-Conti. © Radio France - Lila Lefebvre

Vosne-Romanée, France

Le département de Côte-d'Or compte 650 kilomètres de pistes cyclables, et pourtant, jusqu'ici aucune ne suivait la Route des grands crus entre Dijon et Beaune. Le Conseil départemental a donc décidé d'en créer une qui passera au milieu des vignes. Mais à Vosne-Romanée, vignerons et élus s'inquiètent de voir le tracé de la vélo-route passer sur des chemins qu'ils empruntent aux quotidiens avec leurs outils agricoles. 

Les touristes ne nous dérangent pas, mais nous avons peur pour leur sécurité", Maurice Chevallier, maire de Vosne-Romanée.

Le projet a été présenté il y a déjà deux ans aux élus et aux syndicats de vignerons de la Côte de Beaune et des Côtes de Nuits, une portion a déjà été réalisée entre Beaune et Santenay "sans qu'aucun problème n'ait été signalé par les professionnels de la vigne, affirme Denis Thomas, premier adjoint au Conseil Départemental en charge des affaires économiques et viticoles, c'est un projet d'économie globale pour dynamiser le tourisme dans le département, et donc en faire profiter les vignes, le sort de la production de vin reste bien sûr une de nos priorités", rappelle-t-il. 

"Les touristes ne nous dérangent pas, nuance Maurice Chevallier, le maire de Vosne-Romanée, mais nous ne sommes pas sûrs de pouvoir garantir leur sécurité sur des routes traversées au quotidien par des engins agricoles parfois dangereux". 

Ici tout le monde a en tête le terrible accident d'une touriste l'an dernier au bord d'une vigne, en train de prendre une photo, une femme s'est reculée sur une rogneuse (outil tranchant chargé de couper les branches) et a été grièvement blessée au bras. "Elle était au bord de l'amputation", frissonne encore Michel Gros, président du syndicat viticole de Vosne-Romanée. "Quand nous sommes sur nos engins, nous sommes très concentrés sur le fait de ne pas détruire la vigne, et nous avons beaucoup de mal à voir arriver les touristes". Aujourd'hui la plupart des vignes sont en bord de chaussée, ce qui oblige les vignerons à emprunter la route pour travailler sur une nouvelle rangée de vignes.

Les premiers pieds de vignes sont parfois à seulement un mètre de la route.  - Radio France
Les premiers pieds de vignes sont parfois à seulement un mètre de la route. © Radio France - Lila Lefebvre

Pour y remédier, le Conseil départemental a un temps proposé d'arracher les arbres trop au bord de la route, "à l'époque j'ai fait mes calculs,  explique Michel Gros, étant donné que ce ne sont que des vignes de Grand cru ou Premier cru, le manque à gagner pourrait s'élever à Vosne-Romanée de 150 000 euros par ans et par kilomètre de vélo-route". Une extrémité que le Conseil départemental n'est finalement pas prêt à prendre au pays du Romanée-Conti : "nous allons renforcer la signalisation de long de la piste cyclable pour que les touristes soient vigilants et que tout le monde puisse emprunter cette route en harmonie", tempère Denis Thomas au Conseil Départemental.