Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Vote du CETA : la colère des agriculteurs dans la Marne

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Le syndicat FDSEA et les élus de la Chambre d'agriculture demandent aux parlementaires de ne pas voter ce mercredi pour l'accord commercial entre l'Union européenne et le Canada, le CETA. Un traité qui pourrait menacer la filière bovine mais pas que.

La traçabilité des bovins n'est pas la même qu'au Canada, expliquent les éleveurs bovins.
La traçabilité des bovins n'est pas la même qu'au Canada, expliquent les éleveurs bovins. © Radio France - Sophie Constanzer

Châlons-en-Champagne, France

Les députés sont appelés à voter ce mercredi 16 juillet pour ou contre le traité commercial entre l'Union européenne et le Canada, le Ceta, et les parlementaires de la Marne ont été interpellés sur ce sujet par la FDSEA. L'accord prévoit d'ouvrir le marché européen à des denrées agricoles du Canada à droits de douane nuls. Or les normes sont très différentes entre les deux continents selon le président de la FDSEA dans la Marne. 

L'Union européenne n'a pas les moyens de contrôler et on se fait rouler dans la farine -- Hervé Lapie, FDSEA

"La traçabilité chez nous elle est obligatoire à l'animal, là bas elle est facultative et elle se fait par lot, les farines animales elles sont interdites dans l'élevage en France et en Europe mais autorisées dans ces pays-là...", énumère Hervé Lapie. Avant de battre en brèche l'idée que des contrôles seront possibles : "on peut nous expliquer par A + B que l'on va aller contrôler ce qui se passe au Canada c'est un mensonge ! l'Union européenne n'a pas les moyens de contrôler et en fait on se fait rouler dans la farine".  

65 000 tonnes de viande bovine canadienne : voilà ce qui pourrait arriver sur le marché européen selon l'accord CETA. Et c'est une aberration pour Hervé Lapie d'importer autant, alors que les éleveurs français sont déjà en grandes difficultés. "On envoie le pire des message à nos agriculteurs en leur disant : peut être que vous avez des élevages de 60 vaches allaitantes mais on préfère aller importer de la viande issue d'élevages de 60.000 bovins", souligne t-il. 

Inquiétudes sur le CETA et le Mercosur

Le CETA et le Mercosur avec les pays d'Amérique du Sud prévoient aussi l'arrivée sur le marché de tonnes de viande porcine, de miel, de sucre, et... d'éthanol. Ce qui fait particulièrement bondir Béatrice Moreau, la présidente de la Chambre d'agriculture de la Marne : _"on a les moyens de produire sur nos territoires de l'éthanol_, les usines elles sont performantes, elles sont prêtes à faire feu, mais on ne nous donne pas la capacité de le faire. On va importer avec le CETA et le Mercosur, de l'éthanol, avec un bilan environnemental très négatif notamment en termes de déforestation". 

Difficile de mobiliser pendant l'été, mais la FDSEA prévoit déjà une rentrée syndicale musclée pour demander à ce que l'agriculture soit exclue des accords de libre échange CETA et Mercosur.