Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

CETA : "il faut maintenir la pression" sur l'Etat, pour Xavier Lerond, président de la Chambre d'agriculture de Moselle

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Sécheresse, canicule, ratification du CETA, le traite de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada... Les agriculteurs de Moselle vivent une rentrée 2019 plutôt houleuse, même si les récoltes n'ont pas été mauvaises cet été.

Une bannière anti-CETA pendant un discours du premier ministre canadien au Parlement européen à Strasbourg
Une bannière anti-CETA pendant un discours du premier ministre canadien au Parlement européen à Strasbourg © Maxppp - PATRICK SEEGER

Moselle, France

Rentrée orageuse pour les agriculteurs de Moselle, entre la sécheresse qui a frappé durement les élevages cet été, et l'actualité politique, avec notamment le CETA, le traité de libre-échange entre l'UE et le Canada, déjà ratifié par l'Assemblée nationale et qui doit l'être par le Sénat. Xavier Lerond, le président de la Chambre d'agriculture de la Moselle, et éleveur à Malaucourt-sur Seille, revient sur ces deux dossiers brûlants.

Xavier Lerond, invité de la rédaction de France Bleu Lorraine

Les agriculteurs puisent déjà dans leurs réserves pour alimenter les bêtes."

Sur la qualité des récoltes de l'été, néanmoins, Xavier Lerond se dit "agréablement surpris, vu le coup de sec que l'on a eu" : "Les moissons 2019 se sont globalement bien passées. Nous avons rentré des produits de qualité, en quantité normale." En revanche, les conséquences de la sécheresse sont graves pour l'élevage : "Les animaux ont eu beaucoup de mal dans les pâtures. Il n'y a plus d'herbe. Les agriculteurs puisent déjà dans leurs réserves pour alimenter les bêtes."

Il ne faut pas donner à nos concitoyens une alimentation qu'ils ne désirent pas."

Concernant le CETA, qui supprime les droits de douane sur l'immense majorité des produits échangés entre l'Union européenne et le Canada, les opposants, parmi lesquels les agriculteurs, craignent pour la qualité des produits importés, et pour une concurrence déloyale. "Il faut maintenir la pression" sur le gouvernement, insiste Xavier Lerond, "il ne faut pas donner à nos concitoyens une alimentation qu'ils ne désirent pas. Aujourd'hui, nous avons une alimentation de qualité, une traçabilité irréprochable, ce qui n'est pas le cas dans les pays du CETA". 

Concrètement, selon lui, le CETA aurait pour conséquence "l'importation massive de 90.000 tonnes de viande, moins chère que la nôtre, plus concurrentielle. Pour le paysan mosellan par exemple, c'est un prix de viande au kilo qui risque de baisser".

Un mur de béton devant une permanence, ce n'est pas dramatique."

Pendant l'été, des permanences de députés LREM ont été dégradées, notamment par des agriculteurs en colère : Xavier Lerond considère qu'il faut "respecter les hommes et les biens", et il privilégie le dialogue, par exemple avec une rencontre avec les députés et les sénateurs prévue ce lundi. Néanmoins, "un mur de béton devant une permanence, ce n'est pas dramatique, quand on est vraiment désabusé, je peux le comprendre," dit-il.

Choix de la station

France Bleu