Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Yves de La Fouchardière : Il ne faut pas mettre tous les agriculteurs dans le même panier

-
Par , France Bleu Maine

Le Directeur général des Fermiers de Loué réagit aux manifestations des agriculteurs ce mardi en Sarthe. Des agriculteurs qui en ont marre de passer pour des pollueurs et des empoisonneurs. Des efforts ont été faits reconnait Yves De La Fouchardière même s'il y a encore des choses à améliorer.

Le Mans, France

" On a un état d'incompréhension entre deux mondes qui se regardent". Yves de La Fouchardière regrette la crispation d'une certaine partie de la société où " tout est caricaturé ! Les choses sont beaucoup plus nuancées". Le Directeur général des Fermiers de Loué, coopérative qui rassemble 1100 éleveurs sarthois de volailles, refuse de mettre tous les agriculteurs dans le même panier. "Il y a eu beaucoup d'efforts faits par les agriculteurs [en matière d'environnement]. Nous, dans notre filière de Loué, cela fait plus de 20 ans qu'on interdit le Glyphosate dans les parcours de volailles. On est les seuls à le faire en France". Pas question non plus pour Yves De La Fouchardière de verser dans l'angélisme. "Je pense qu'il y a des agriculteurs qui ne sont pas raisonnables et qui travaillent très mal mais çà coûte tellement cher de mal travailler qu'ils ne travailleront pas très longtemps ceux-là. Mais il faut faire un peu attention. On a besoin d'agriculteurs et surtout si on remplace l'agriculture qu'on ne fait plus chez nous par de l'agriculture importée , ce qui a été le cas pour la volaille où il y a 40 % de la volaille qui vient de l'étranger. Je ne suis pas sûr que cela soit une très bonne chose".

Une étiquette garantissant le bien être animal 

Autre priorité des Fermiers de Loué : le bien être animal. Les vidéos de l'association L214 montrent régulièrement des élevages où les animaux sont maltraités. " A force de voir de ces images, les consommateurs consomment moins de poulets entiers. Or le poulet entier, c'est notre spécialité. 70% des poulets de Loué sont des poulets entiers. Donc on a décidé de prendre le taureau par les cornes. Puisque les consommateurs veulent des preuves, on va leur en donner. Une étiquette garantissant que nos poulets sont élevés dans de bonnes conditions, seront visibles dès la semaine prochaine sur les produits de la marque".  Pour cela, la coopérative s'est associée avec quatre associations de défense de l'environnement et des animaux. Elles ont établi un cahier des charges avec plus de 200 critères. Un "A" garanti que l'éleveur respectent de bonnes conditions d'élevage.

Un nouveau parc éolien pour être autonome en énergie 

Les Fermiers de Loué lancent aujourd'hui un financement participatif pour la construction d'un deuxième parc éolien en Sarthe. Le premier a vu le jour en 2013 près de Beaumont Sur Sarthe (6 éoliennes sur les communes de Juillé, Vivoin et Piacé). "Notre objectif fixé depuis une dizaine d'années, c'est d'être autonomes en énergie renouvelable. Nous sommes même la seule marque à énergie positive, c'est à dire que nous produisons plus d'électricité que nous en consommons, de la naissance des animaux au four qui nous sert à cuir le poulet". Pourquoi alors construire un deuxième parc à Conlie (5 éoliennes qui devraient entrer en service d'ici 6 mois). " Parce qu'avec notre développement, on était un peu juste pour tenir notre promesse. L'électricité est réinjectée dans le réseau. Elle est utilisée par les voisins des éoliennes car il n' y a aucun intérêt à la faire circuler plus loin". Le parc coûte 20 millions d'euros environ avec 300 000 euros de financement participatif. " Seuls les habitants du secteur peuvent y souscrire à raison de 1000 euros d'investissement maximum".  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu