Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

10% de la population bayonnaise chauffée au bois.

jeudi 30 novembre 2017 à 23:39 Par Muriel Vitel, France Bleu Pays Basque

La ville de Bayonne a mis en place un réseau de chaleur alimenté par une chaufferie bois, dans le quartier des Hauts de Bayonne. Cette nouvelle installation, opérationnelle depuis l'été 2017 et inaugurée ce jeudi, couvre les besoins en chauffage et en eau de près de 10% de la population de Bayonne

Le réseau de chaleur bois Egurretik des Hauts de Bayonne.
Le réseau de chaleur bois Egurretik des Hauts de Bayonne. © Radio France - Muriel Vitel

Bayonne, France

La ville de Bayonne a fait de la transition énergétique une priorité.

Elle a confié en 2015 à la société Dalkia, filiale d'EDF, spécialisée dans la maintenance énergétique, une délégation de service public de 24 ans pour la conception, le financement, la réalisation et l'exploitation d une chaufferie biomasse et d'un réseau de chaleur pour fournir en chauffage et en eau chaude quelques 70 bâtiments collectifs, soit l'équivalent de 3000 à 4000 logements et équipements du quartier des Hauts de Bayonne.

La chaufferie et la chaudière bois de 5.3 MW. - Radio France
La chaufferie et la chaudière bois de 5.3 MW. © Radio France - Muriel Vitel

La chaufferie est composée d une chaudière bois de 5.3MW et d'une chaudière gaz en secours de 8 MW. La chaudière bois est destinée à alimenter certains quartiers de la ville, de Bayonne via un réseau de tubes, de canalisations enterrées. 7 kilomètres linéaires au total pour 14 kilomètres de tubes avec 36 sous-stations qui sont installées au pied des bâtiments.

Les plaquettes forestières. Le combustible. - Radio France
Les plaquettes forestières. Le combustible. © Radio France - Muriel Vitel

La chaleur est acheminée sous forme d'eau chaude jusqu'aux sous-stations, qui ne produisent pas de fumées, ni de poussières, ni d'odeurs. Ce sont 90.000 tonnes de CO2 qui ne seront pas rejetés sur la durée de la concession. L'exploitation du réseau de chaleur est aussi rendu possible grâce à un système de pilotage de "la performance énergétique numérique".

Système de pilotage du réseau de chaleur bois de Bayonne. - Radio France
Système de pilotage du réseau de chaleur bois de Bayonne. © Radio France - Muriel Vitel.

A terme, 17 GWh de chaleur seront livrés pour chauffer jusqu'à 4000 logements, l'équivalent de 225.000 m². Parmi les abonnés à ce réseau , les résidences Breuer et le centre aquatique des Hauts de Sainte Croix, l'établissement psychiatrique Caradoc, l'EHPAD Harambillet, des écoles primaires, le collège Camus, le lycée Jean-Jacques Rousseau et le lycée basque de l'association Seaska.

Le bois remplace le gaz ! - Radio France
Le bois remplace le gaz ! © Radio France - Muriel Vitel.

Le bois utilisé dans cette chaufferie est issu de forêts de la région qui sont "gérées durablement". Le bois remplace ainsi le gaz naturel. Et ce réseau de chaleur peut permettre un tarif indépendant des fluctuations du prix du gaz et du pétrole.

Les résidences Breuer à Bayonne bénéfécient de ce rséseau de chaleur bois. - Radio France
Les résidences Breuer à Bayonne bénéfécient de ce rséseau de chaleur bois. © Radio France - Muriel Vitel.

Enfin, cette nouvelle installation a permis la création de 7 emplois et 21000 heures de chantier confiées à des entreprises locales. L'investissement est de 8 500 000 millions Euros porté par Dalkia avec l'aide de l'Europe et du FEDER (fonds de subventions européen alloué aux régions) pour 2 000 000 d'Euros, de l'ADEME (opérateur de l'Etat qui accompagne la transition écologique et énergétique) pour 1 400 000 et de la région Nouvelle Aquitaine avec 600.000 euros.