Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

100 loups pourront être abattus en 2019 en France

-
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

C’était dans les tuyaux, c’est désormais officiel : jusqu’à 100 loups pourront être tués en France en 2019.

Loup
Loup © Radio France - Bleuette Dupin

Le nombre de loups qui pourront être abattus en 2019 va quasiment doubler par rapport à 2018. Un arrêté datant du 26 juillet 2019, officialise les mesures annoncées en mai dernier par les ministères de la transition écologique et de l’agriculture.  Alors que 10% des loups présents en France pouvaient être tués en 2018, on passe à 17% en 2019, avec toujours un complément possible de 2%.
Selon un comptage de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), les effectifs sont de 530 loups sur l'ensemble du territoire. 90 bêtes pourraient donc être abattues cette année et même 100 si on ajoute les 2% supplémentaires.

En Savoie, vendredi dernier, un éleveur a tué un loup, à Beaufort, lors d'un tir de défense autorisé par la préfecture, après des attaques dont a été victime son troupeau.  Depuis le début de l'année cinq loups ont été abattus dans le département selon la préfecture de la Savoie. 

Une décision qui divise

Comme toujours dans ce dossier, entre les pro et les anti-loups les avis divergent. Du côté des éleveurs, on se réjouit de cette décision.

« Moins il y a de loups, plus on est content. S’il n’y en avait pas du tout ce serait encore mieux. » - Hubert Covarel, vice-président du syndicat ovin de Savoie

Les défenseurs du loup, qui est une espèce protégée, eux s’inquiètent pour la survie du loup en France. D’ailleurs, selon le journal Le Monde, l’Association pour la protection des animaux sauvages (Aspas) et l’association pour la défense des grands prédateurs Ferus annoncent ce lundi le dépôt d’une requête devant le Conseil d’Etat contre cet arrêté.

« C’est un cadeau démagogique stupide. »- Jean-David Abel, vice-président de France Nature Environnent

Choix de la station

France Bleu