Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

24 H du Mans : des forêts pour compenser l'empreinte carbone de la course

jeudi 21 juin 2018 à 17:22 Par Alexandre Chassignon, France Bleu Maine

Pour la première fois, l'ACO paye pour compenser les émissions de gaz à effet de serre des voitures de 24 Heures. L'organisateur de la course fait appel à un groupement de forestiers sarthois, le GIE carbon forest +.

Certaines parcelles de bois qui bordent le circuit de la Sarthe font partie de cette opération de compensation
Certaines parcelles de bois qui bordent le circuit de la Sarthe font partie de cette opération de compensation © Maxppp - F Dubray - Ouest-France

Mille tonnes de carbone par an, pour les trois prochaines années, pour compenser les gaz à effet de serre émis par les bolides. A raison de 50 euros la tonne, l'organisateur des 24 Heures du Mans a décidé de consacrer 50 000 euros à cette opération.

L'ACO est le premier client du GIE carbon forest +, créé en 2013 pour "proposer aux pollueurs de compenser en améliorant le stockage du carbone dans les forêts françaises", résume Pascal Yvon, l'un de ses fondateurs. Ce stockage s'effectue surtout dans le sol lui-même, et pas seulement dans les végétaux et leurs racines.

Couverture permanente

Le groupement sarthois s'appuie sur 7 000 hectares de forêt privée en Sarthe, Indre-et-Loire et Mayenne. C'est la gestion de ces bois qui fait toute la différence :"Quand on fait une coupe à blanc ou qu'on laboure un champ, tout le carbone du sol est libéré, explique Pascal Yvon. La clef, c'est donc de conserver une couverture végétale en permanence. Ça n'empêche pas d'exploiter la forêt en coupant des arbres, de façon raisonnée".

Carbon forest + participe à des études scientifiques sur le stockage du carbone. Selon Pascal Yvon, ces mesures montrent que "l'écosystème peut stocker au moins 30% de carbone de plus que dans une forêt gérée de façon classique, dont deux à trois fois plus dans le sol".

Cette opération ne concerne ni les émissions des équipes, ni l'organisation, ni les déplacements des spectateurs. Les seuls spectateurs représentent  la grande majorité (plus de 80%) des émissions de gaz à effet de serre d'un événement comme les 24 Heures.