Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : Inondations de Nîmes le 3 octobre 1988

Inondations de 1988 à Nîmes : les habitants du quartier Richelieu se souviennent

mercredi 3 octobre 2018 à 9:09 Par Sylvie Duchesne, France Bleu Gard Lozère

Les habitants du quartier Richelieu à Nîmes se souviennent du 3 octobre 1988. Ce jour-là, des dizaines de voitures étaient entraînées par les flots dans les rues de ce quartier populaire, formant plusieurs barrages artificiels. L'eau est montée par endroits à plus de 2 mètres de haut.

Le 3 octobre, Michel Clavel avait dû monter au 1er étage de sa maison pour échapper à l'eau
Le 3 octobre, Michel Clavel avait dû monter au 1er étage de sa maison pour échapper à l'eau © Radio France - Sylvie Duchesne

Nîmes, France

Le 3 octobre 1988, de nombreux habitants du quartier Richelieu, à l'Est de Nîmes voient l'eau monter très rapidement dans leurs maisons. La faute aux nombreuses voitures, entraînées par les flots, qui ont créé des barrages improvisés dans les rues.

Dans la rue Richelieu, l'eau  est montée à plus de 2 mètres - Radio France
Dans la rue Richelieu, l'eau est montée à plus de 2 mètres © Radio France - Sylvie Duchesne

"On a eu juste le temps de monter au premier. Toutes les vitres ont été cassées. Dans ma maison, il y a eu deux mètres d'eau. Personnellement, j'ai pensé que c'était le château d'eau de Gambetta qui s'était ouvert."

Danièle Cazès, propriétaire d'une maison dans le quartier Richelieu, présidente du comité de quartier

Une énorme solidarité dans le quartier

Michel Clavel est lui aussi propriétaire d'une maison dans le quartier Richelieu. Le 3 octobre 1988, il est obligé de monter au premier étage pour échapper aux flots. Lui est assuré, ce qui n'est pas le cas de nombreux sinistrés. À l'époque, la solidarité s'organise, notamment grâce au Parti communiste. 

"Cette solidarité, totale, on ne pourra pas la retrouver." 

Michel Clavel

Une maison épargnée

Gérard Vallemalle est né dans le quartier. Il a, depuis, hérité de la maison de ses parents. En 1988, c'est l'une des rares à avoir été épargnée. 

" Je suis arrivé chez mes parents. Ils m'ont dit : "On a rien !" Parce que mon père qui avait bouché le puits de la gare avait laissé un regard. L'eau est partie dedans, on n'a pas été inondé." 

Gérard Vallemalle, habitant du quartier

Après les inondations, un certain nombre de maisons ont été achetées par la mairie. Certaines ont été transformées en logements sociaux. De nouveaux habitants s'y sont installés. Les plus anciens, eux, se souviennent.