Climat – Environnement

Quatre mois après les inondations, un habitant de Gidy se débat avec les assurances

Par Johan Gand et Eric Normand, France Bleu Orléans jeudi 29 septembre 2016 à 19:03

A Gidy, des maisons menacent de s'effondrer, des cavités sont apparues après les inondations
A Gidy, des maisons menacent de s'effondrer, des cavités sont apparues après les inondations © Radio France - Johan Gand

Quatre mois après les inondations, de nombreux sinistrés n'en ont pas fini avec les problèmes. C'est le cas de Frédéric Emel. Cet habitant de Gidy se sent abandonné. Il n'a toujours pas réintégré sa maison. Elle a été déclarée en état de péril et son assurance le laisse dans le flou.

Les inondations ont particulièrement touché la petite commune de Gidy. 4 mois après le sinistre, les problèmes de Frédéric Emel ne sont toujours pas résolus. Sa maison située au 656, rue de la Mi-Voix, est toujours inhabitable. Elle a été déclarée en état de péril. Cette maison menace toujours de s'effondrer.

Des fissures lézardent les murs de la maison  - Radio France
Des fissures lézardent les murs de la maison © Radio France - Johan Gand

Aujourd'hui encore les dégâts sont impressionnants. Les murs sont lézardés, une cavité d'une douzaine de mètre s'est creusé dans le jardin, la cave est en partie effondrée et la maison mitoyenne, elle aussi, inhabitable, s'affaisse et fait pression sur la maison de Frédéric. Mais du côté des indemnisations, il ne voit rien venir.

Il ne se passe rien au niveau des assurances depuis 4 mois. Nous continuons à payer le crédit de la maison, plus la location de notre nouveau logement - Frédéric Emel

La cave où les gravats s'entassent  - Radio France
La cave où les gravats s'entassent © Radio France - Johan Gand

Si Frédéric se débat avec son assurance, c'est parce qu'elle considère que les inondations ne sont pas la cause de l'affaissement de sa maison et de ce trou béant de 12 mètres. Sur les murs, les fissures de 4 centimètres sur 8 mètres de long sont bien visibles. Un maitre d'oeuvre a estimé le coût des réparations à 200 000 euros. Frédéric est confronté à de nombreuses questions qui n'ont toujours pas de réponses.

Va-t-on récupérer notre habitation? Dans quel délai et avec quelles indemnités? Alors si on nous dit que notre maison n'est pas récupérable, OK. Mais qu'on le sache!

L'assurance même si elle n'a encore rien versé a promis de financer 6 mois de loyer du logement où la famille de Frédéric a trouvé refuge. Mais la période prend fin dans 2 mois ... Le chemin semble encore long, cet habitant de Gidy sait que "la commune a été fortement impactée par les inondations, 500 maisons ont été touchées" et que "les artisans sont débordés." Sans nouvelles rapides de son assurance, Frédéric Emel est désormais prêt à lancer une procédure devant les tribunaux.

La maison mitoyenne s'appuie sur l'habitation de Frédéric - Radio France
La maison mitoyenne s'appuie sur l'habitation de Frédéric © Radio France - Johan Gand

Le reportage de Johan Gand

Partager sur :