Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

A Chambéry, l'école Waldeck-Rousseau affronte la canicule : "On n'avait jamais vu ça en juin !"

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Après consultation des directeurs des écoles publiques de Chambéry, en Savoie, les établissements restent ouverts malgré la canicule. Le quotidien est bouleversé.

Nathalie et Cédric, directrice et directeur, à Waldeck-Rousseau.
Nathalie et Cédric, directrice et directeur, à Waldeck-Rousseau. © Radio France - Christophe Van Veen

Chambéry, France

Toutes les écoles appliquent les consignes pour préserver la santé des élèves, alors que l'année scolaire ne s'achève que le 4 juillet. 

Le groupe scolaire Waldeck-Rousseau est une institution, une vieille école de Chambéry, aux murs très épais, et son rez-de-chaussée est relativement épargné. Plus on monte dans les étages, plus le mercure monte aussi. De plus, toutes les classes ne possèdent pas de volets, et "les salles des grands aux étages connaissent parfois des températures excessives" reconnaît Cédric Lassus, le directeur du primaire. 

S'il  fait trop chaud, les cours peuvent avoir lieu dans les couloirs aux températures plus clémentes. Les élèves ont l'autorisation de boire à la bouteille dès qu'ils le souhaitent et certains peuvent zapper la récréation et rester au frais dans les salles. "Tout est une affaire de bon sens. On aborde la canicule en s'organisant, sans paniquer." 

La lutte contre la canicule au programme scolaire en juin. Waldeck-Rousseau s'adapte !

On s'occupe bien des poussins. - Radio France
On s'occupe bien des poussins. © Radio France - Christophe Van Veen

Grande vigilance pour les petits de maternelle

Nathalie Demongeat la directrice de la maternelle apprécie d'enseigner au rez-de-chaussée. Les plus petits profitent de la relative fraîcheur. 

"Très tôt le matin, on ouvre les fenêtres. On fait rentrer l'air froid. Après, nous sommes volets fermés, vitres ouvertes, pour la journée. Nous avons inversé nos emplois du temps en pratiquant des activités dans la cour de 9 h à 10 heures avec des jeux d'eau. Après, dans la journée, on reste à l'intérieur. Verres d'eau, pichets obligatoires. On stimule les enfants. On les fait boire s'ils ne le font pas au bout d'une demi-heure."

"Les enfants sont épuisés. Ils ont besoin de dormir l'après-midi".

On pourrait croire que les petits ne trouvent pas le sommeil à cause de la canicule. Au contraire, comme ils s'endorment très tard chez eux à cause de la chaleur, ils tombent très vite de fatigue à la sieste de l'école (salle maintenue la plus fraîche possible).

Au fronton de la pharmacie, juste à côté de l'école : 37 ° - Radio France
Au fronton de la pharmacie, juste à côté de l'école : 37 ° © Radio France - Christophe Van Veen

Le réchauffement climatique dans l'esprit de tous 

On s'adapte tout en sachant que ça ne suffira pas. Nathalie Demongeat s'inquiète pour l'avenir. "C'est la première fois de ma carrière qu'on affronte un tel épisode en juin. Chaque année, les phénomènes de chaleur extrême se multiplient et s'intensifient. Il faudra en tenir compte."

Même les enfants en ont conscience. " On n'avait pas si chaud en juin, les autres années, constatent Daphnée et Manon. C'est le réchauffement climatique. C'est grave !"

La faute au réchauffement climatique : directrice et élèves sont d'accord !

Voilà pourquoi l'acquisition de thermomètres dans les classes ou l'achat de brumisateurs devraient dans les prochaines années apparaître dans les budgets de l'école Waldeck-Rousseau. Les directeurs l'évoquent déjà entre eux. Et ça n'est pas un hasard si le réchauffement climatique était au programme de CM2 et si les élèves ont imaginé des actions concrètes en atelier pour rendre la planète un peu plus vivable, et l'Homme plus respectueux de l'environnement.  

  - Visactu
© Visactu