Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

A Florimont, des roseaux pour épurer l'eau

dimanche 29 octobre 2017 à 13:54 Par Manon Klein, France Bleu Belfort-Montbéliard

Une nouvelle station d'épuration a été inaugurée à Florimont, samedi 28 octobre 2017. Elle a traite les eaux usées de trois communes avoisinantes : Florimont, donc, Réchésy, et Courtelevant. Pour épurer l'eau, elle utilise un procédé original : la filtration par rhizosphère.

La nouvelle station d'épuration s'étend à Florimont sur près de 14 000 m2.
La nouvelle station d'épuration s'étend à Florimont sur près de 14 000 m2. © Radio France - Manon Klein

Florimont, France

Filtrer l'eau grâce à aux racines et aux micro-organismes (bactéries) présents sous la terre, c'est le principe sur lequel fonctionne la nouvelle station d'épuration de Florimont, Réchésy, et Courtelevant (qui regroupent près de 1700 habitants). Le procédé reste encore pour le moment minoritaire en France - seule une station d'épuration sur dix l'utilise - mais ce phénomène pourrait progresser dans les années à venir dans les communes rurales. Premier atout de ce type de centrale souligné par la Communauté de communes du Sud Territoire (qui a fait le choix de la rhizosphère et qui a financé une partie des travaux) : l'intégration harmonieuse dans le paysage environnant. "Les stations d'épuration par rhizosphère sont également plus écologiques et économiques que les stations traditionnelles" précise Romain Verissimo, technicien à la Communauté de communes, qui a travaillé sur le projet, "par contre, elles sont un peu moins performantes".

Les visiteurs présents lors de l'inauguration observent la dernière étape du traitement de l'eau. - Radio France
Les visiteurs présents lors de l'inauguration observent la dernière étape du traitement de l'eau. © Radio France - Manon Klein

Une dizaine d'habitants des communes alentours sont venus visiter le site lors de son inauguration le samedi 28 octobre. Curieux, ils n'hésitent pas à questionner les aspects techniques de la nouvelle station d'épuration. Claudine et Colette sont venus de Réchésy; elles habitent juste à côté de l'ancienne station d'épuration, et elles sont ravies de découvrir le nouveau site. "C'est parfait ici. L'ancienne station d'épuration, juste à côté de chez nous, ça sentait pas bon. Cet été on ne pouvais plus sortir dans le jardin. Et puis la station d'épuration était trop petite pour le nombre d'habitants" commente Claudine.

Une mise aux normes

Si cette nouvelle station d'épuration a été construite, c'est notamment parce que L' Etat a mis en demeure la Communauté de commune du Sud Territoire, en lui demandant d'effectuer une mise aux normes des structures d'assainissement dans certaines communes. "On était en retard" reconnaît Christian Rayot, qui préside la communauté de communes.

Le président et le vice-président de la Communauté de communes du Sud Territoire, ainsi que le directeur de cabinet du préfet inaugurent la nouvelle station. - Radio France
Le président et le vice-président de la Communauté de communes du Sud Territoire, ainsi que le directeur de cabinet du préfet inaugurent la nouvelle station. © Radio France - Manon Klein

La contribution des habitants

La nouvelle station d'épuration de Florimont, Réchésy et Courtelevant a coûté au total 2 242 000 euros HT. Pour pouvoir financer l'ensemble des travaux d'assainissement nécessaire dans le Sud Territoire, la communauté de communes a décidé d'augmenter la taxe d'assainissement payée par les contribuables. Une hausse variable en fonction des communes, car toutes ne payaient pas le même montant avant. Depuis le 1er janvier 2016, cette taxe s'élève à 1,76 euros pour tout le monde, quand dans certaines communes elle était avant de 0,50 euros. "On comprend que cela représente une augmentation importante, mais c'est nécessaire à la réalisation de travaux d'assainissement" affirme Christian Rayot.

D'autres communes du Sud Territoire pourraient également voire naître dans les prochaines années de nouvelles stations d'épuration. Une étude est d'ailleurs en cours à Brebotte, Froidefontaine et Grosnes. La structure envisagée traiterait les eaux usées des trois communes.