Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

A Landivisiau, le site de la future centrale a été clôturé en une nuit

mardi 12 février 2019 à 15:07 Par Valérie Le Nigen, France Bleu Breizh Izel et France Bleu Armorique

A Landivisiau, le site de la future centrale électrique à cycle combiné gaz a été clôturé la nuit dernière. Depuis quelques semaines, des opposants tentaient de ralentir les premiers travaux. Ce mardi matin, quelques militants ont réussi à s'introduire avant la fermeture des barrières grillagées.

Des opposants ont réussi à s'introduire à l'intéreiur du site. D'autres sont à l'extérieur.
Des opposants ont réussi à s'introduire à l'intéreiur du site. D'autres sont à l'extérieur. © Radio France - Valérie Le Nigen

Landivisiau, France

C'est un coup dur pour les opposants au projet de centrale à cycle combiné gaz. Aux aurores ce mardi matin, ils ont découvert le site de Landivisiau presque totalement grillagé. "Il y a 18 hectares de terrain. Ils ont presque tout clôturé, sauf évidemment du côté de la rivière", constate Jean, l'un des opposants, qui a réussi à entrer dans le site avant la fermeture.

Ils ont travaillé vite, de 22h à 8h, en une seule nuit". - Morgane, opposante au projet

"Ils ont travaillé vite, de 22h à 8h, en une seule nuit, de sorte qu'on n'a pas eu le temps de s'organiser" déplore Morgane, une mère de famille engagée, dans l'opposition à cette construction.

Jean, l'un des opposants, est entré dans le site avant la fermeture des barrières. - Radio France
Jean, l'un des opposants, est entré dans le site avant la fermeture des barrières. © Radio France - Valérie Le Nigen

Devant le Conseil d'Etat ce mercredi

Les opposants au projet ont encore espoir dans trois recours juridiques. Demain mercredi, à 14h, le Conseil d’État examinera les recours de l'association Force 5 concernant la validité de l’arrêté ministériel du 10 janvier 2013 promulgué par Delphine Batho, qui autorise la  construction de la centrale. La décision sera connue seulement dans quelques semaines.

Poursuite des mobilisations sur le terrain

Aucun des recours n'est suspensif. En attendant les décisions judiciaires, les opposants ont l'intention de poursuivre leur mobilisation en bloquant l'entrée des tractopelles sur le site. Une guerre d'usure. 

Ils se sont donnés à nouveau rendez vous sur le site à 8H30 ce mercredi matin. 

Pas de commentaire de la part de Direct Energie

Direct Energie, porteur du projet avec Siemens, n'a pas apporté de commentaire quand à l'installation de ces barrières en pleine nuit. " Cette protection du site était prévu dans le calendrier" a précisé la direction.