Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Des associations et restaurants de Montpellier lancent un collectif contre le gaspillage alimentaire

mardi 6 novembre 2018 à 2:18 Par Marie Roussel, France Bleu Hérault

Vous connaissez peut-être le macaron "Mon resto gaspi zéro", apposé sur les vitrines de certains restaurants à Montpellier. Le label a été créé il y a un an par la Jeune chambre économique. Pour aller plus loin, elle a lancé en octobre un collectif pour encourager l'économie circulaire.

Il y a un an lors de la création du label "Mon resto gaspi zéro", 21 établissements étaient chartés. Ils sont aujourd'hui 26.
Il y a un an lors de la création du label "Mon resto gaspi zéro", 21 établissements étaient chartés. Ils sont aujourd'hui 26. - Jeune chambre économique de Montpellier

Montpellier, France

Après le label "Mon resto gaspi zéro", voici le collectif. Officiellement lancé par la Jeune chambre économique de Montpellier le 16 octobre, 26 restaurants chartés "Mon resto gaspi zéro" s'associent avec deux associations écologistes, "Compostons" et "Courts-Circuit" pour promouvoir l'économie circulaire. Comme un incubateur d'idées, le but est de développer de nouvelles pratiques, plus écolos, au sein de la restauration. 

Promouvoir le compostage

Exemple : Antoine, qui a créé un restaurant et une boulangerie artisanale, a mis en place un compostage assidu dans son établissement. "On a installé un bac dans le labo de production, à côté de la poubelle. On a réfléchi à la taille du bac, pour que pour les équipes, cela soit assez accessible et facile. Et tous les jours, il y a un responsable qui emmène ses déchets dans un lieu dédié." 

Les déchets organiques sont ensuite récupérés par l'association "Compostons". Léa, la fondatrice, espère bien promouvoir ce modèle dans ce collectif et convertir d'autres restaurants. "C'est important qu'il y ait des retours d'expériences : comment mettre techniquement en place le compostage, le tri des déchets et la fréquence des collectes dont ils vont avoir besoin."

La Jeune chambre économique invite les autres associations ou restaurateurs intéressés à les rejoindre. Il faut pour cela que les établissements respectent la charte "Mon resto gaspi zéro". Parmi les conditions : une bonne gestion des stocks, la proposition de "doggy bags" aux clients en cas de restes alimentaires et la valorisation des déchets.