Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le réseau de chaleur urbain est entré en fonction à Perpignan

-
Par , France Bleu Roussillon

Le principe de ce nouveau réseau est simple : récupérer l'énergie produite par la combustion des déchets de l'incinérateur de Calce (Pyrénées-Orientales) pour la redistribuer via des canalisations d'eau chaude. 100.000 MWh seront produit chaque année, l'équivalent du chauffage de 5.000 logements.

La station d'échange de chaleur de Torremila
La station d'échange de chaleur de Torremila © Radio France - Tanguy Bocconi

C'est l'aboutissement d'un chantier à 26 millions d'euros financés par la Région, l'Ademe, la métropole de Perpignan et le département : le réseau de chaleur du territoire catalan est désormais une réalité. Une nouvelle solution énergétique vertueuse puisqu'elle permet de réduire la pollution atmosphérique tout en valorisant nos déchets.

Une énergie locale et circulaire

Ce réseau de chaleur urbain haute température piloté par le Sydetom 66 et Dalkia est alimenté par l’énergie des déchets incinérés dans l'unité de valorisation énergétique de Calce. L'eau chaude produite est acheminée jusqu'à la métropole de Perpignan à travers 15 kilomètres de canalisations enterrées, qui traversent les communes de Calce, Baixas, Baho, Villeneuve-de-la-Rivière et la ville de Perpignan. 

Le réseau dessert des bâtiments publics tels que le centre hospitalier de Perpignan, l'école Hélène Boucher ou l'espace aquatique Arlette Franco, ainsi que l'usine de la chocolaterie Cémoi, soit l'équivalent du chauffage de 5.000 logements.

Par ailleurs, la captation de la chaleur produite par l'incinération des ordures permet d'éviter de la gaspiller en la rejetant inutilement dans l’atmosphère. Ainsi, quelque 3.500 tonnes d'émissions de gaz carboniques sont évités chaque année, ce qui reviendrait à retirer près de 2.000 voitures de la circulation. 

Des tarifs compétitifs

Les principaux consommateurs seront alimentés par une source de chaleur pérenne et économique puisqu’elle n'est pas indexée sur les cours du pétrole mais sur la valorisation de déchets. Pour l'instant ce sont 240.000 tonnes qui sont transformés en énergie chaque année, avec une utilisation variée puisque les clients de ce réseau disposeront également d’un froid renouvelable grâce à l’installation d’un groupe à absorption. Les possibilités de raccordement devraient donc se multiplier dans les prochaines années.

Les canalisations permettant d'acheminer l'eau chaude dans le réseau
Les canalisations permettant d'acheminer l'eau chaude dans le réseau © Radio France - Tanguy Bocconi
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu