Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Des pièges photographiques bientôt installés à Pia contre les décharges sauvages

mercredi 24 octobre 2018 à 19:07 Par Baptiste Guiet, France Bleu Roussillon et France Bleu

La municipalité de Pia (Pyrénées-Orientales) va cacher dans la nature plusieurs appareils photo à déclenchement automatique. Objectif : prendre en flagrant délit les personnes qui déversent leur déchets n'importe où.

Une décharge sauvage en Occitanie
Une décharge sauvage en Occitanie © Radio France - Marie Ciavatti

Pia, France

La procédé est utilisé d'ordinaire pour photographier sur le vif des animaux sauvages. Cette fois, il sera mis en place pour démasquer les pollueurs. La mairie de Pia va bientôt se doter d'appareils photo à détecteurs de mouvements afin de lutter contre la prolifération des décharges sauvages. "C'est un problème qui concerne l'ensemble des communes de Pyrénées-Orientales, reconnait Régis Cayrot, l'adjoint en charge de la sécurité. On en trouve partout : terrains vagues, vignes et même autour de nos conteneurs enterrés. Des détritus, des lits, des télés, des cartons. N'importe quoi..."

Des clichés transmis à la police municipale ou au parquet

Jusqu'ici, la lutte contre ces incivilités s'est révélée relativement inefficace. C'est pourquoi la ville de Pia a décidé de faire appel à la technologie. "Ces pièges photos sont faciles à installer et à déplacer explique Régis Cayrot. On peut les mettre où on veut. Il y a un détecteur de mouvement et, de jour comme de nuit, si quelque chose passe devant, l'appareil se déclenche." 

"C'est exactement le même principe que pour étudier les loups ou les ours, mais là le gibier n'est pas le même !"

En cas d'infraction, les clichés seront ensuite transmis à la police municipale qui pourra dresser une amende ou au parquet pour des poursuites judiciaires.

Cinq appareils (500 à 600 euros pièces) ont été commandés. Il seront installés dans les prochaines semaines à des endroits stratégiques... en toute discrétion, évidemment.