Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

A Reims, des moutons d'Ouessant pour entretenir le cimetière de La Neuvillette

mercredi 25 juillet 2018 à 10:35 Par Hélène Fromenty, France Bleu Champagne-Ardenne

La ville de Reims mise sur l'éco-paturage pour prendre soin de la végétation au cimetière de La Neuvillette. D'ici à la fin du mois de juillet, une trentaine de moutons d'Ouessant brouteront les pelouses inoccupées.

A terme, les moutons remplaceront les machines d'entretien bruyantes et polluantes.
A terme, les moutons remplaceront les machines d'entretien bruyantes et polluantes. © Radio France - Stéphane Maggiolini

Reims, France

Des moutons d'Ouessant ont emménagé ce mardi au cimetière de La Neuvillette, à Reims. Une initiative d'éco-pâturage portée par la société spécialisée GreenSheep en partenariat avec la commune. L'objectif, c'est que les animaux entretiennent les espaces verts et qu'à terme, ils remplacent les machines bruyantes et polluantes pour environnement. 

Après un voyage de 4 heures dans une remorque, en provenance de Chartres, une vingtaine de moutons sont d'ores et déjà en train de brouter dans une parcelle de 35 000 mètres carrés près des tombes. 

Un premier groupe de bêtes est arrivé mardi, un deuxième débarquera dans les prochaines jours. - Radio France
Un premier groupe de bêtes est arrivé mardi, un deuxième débarquera dans les prochaines jours. © Radio France - Stéphane Maggiolini

Un spectacle, inédit dans la ville, qui attise la curiosité des passants. "Les gens veulent voir de près, au point de regarder au dessus de mon grillage si les animaux sont stockés chez moi, affirme Dominique Sellier, le conservateur du cimetière, qui rappelle que le but premier reste l'éco-pâturage, pas les visites touristiques. 

Bientôt deux parcelles

"C'est naturel, renchérit Marie-France, qui travaille pour GreenSheep. Ça va éviter de faucher la terre, on pourra récupérer les papillons et il n'y aura plus besoin de matériel donc ça polluera moins." 

Dans quelques jours une autre dizaine de moutons vont arriver. Pour les accueillir, une seconde parcelle de 13 000 mètres carrés environ va être aménagée. Des pâtures où les animaux vont passer l'année entière, été comme hiver. "Je ne dirais pas que ça sera plus gai, car ça reste un cimetière, reprend Dominique Sellier. Mais ce sera plus tranquille, et c'est une bonne chose."

Pour s'assurer du bien-être des animaux, la société GreenSheep enverra un berger une fois par mois sur place. Quant à la durée de l'opération, ce sont les moutons qui décideront.