Climat – Environnement

A Saint-Romain-de-Colbosc, seuls les boucs viennent à bout d'une plante invasive

Par Amélie Bonté, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) mercredi 4 octobre 2017 à 17:49

Loïc Patin de l'association Eco' bouc de Seine fait paître 14 boucs sur cette parcelle de Saint Romain de Colbosc.Ils se nourissent de la fameuse plante invasive.
Loïc Patin de l'association Eco' bouc de Seine fait paître 14 boucs sur cette parcelle de Saint Romain de Colbosc.Ils se nourissent de la fameuse plante invasive. © Radio France - Amélie Bonté

Pour éradiquer une plante invasive, la renouée du Japon, la communauté de communes Caux Estuaire recherche des boucs ! Un appel à candidature a été lancé auprès des agriculteurs car seul le bouc peut venir à bout de cette plante, nocive pour la biodiversité.

Caux Estuaire, la communauté de communes de Saint Romain de Colbosc, près du Havre, recherche des boucs pour ses parcelles ! Un appel à candidature est lancé aux agriculteurs, associations ou entreprises pour faire paître leurs boucs gratuitement sur des parcelles situées prés du château de Gromesnil parce qu'à cet endroit (et d'ailleurs dans une bonne partie de l'agglo), une plante a envahi l'espace. Elle nuit gravement à la biodiversité et seuls les boucs peuvent l'éradiquer !

La renouée du Japon, plante invasive, qu'est-ce que c'est ?

La renouée du Japon peut atteindre 2 mètres de hauteur - Radio France
La renouée du Japon peut atteindre 2 mètres de hauteur © Radio France - Amélie Bonté

La renouée du Japon a été introduite en Europe au 19ème siècle, pour l'ornement des jardins mais depuis par transport de gravats ou de terre de déblais elle a envahi les champs et les prairies. Pourquoi nuit-elle à la biodiversité ? Ecoutez la réponse de François Lenormand, de l'association Eco-Choix :

ECOUTEZ François Lenormand de l'association Eco-Choix

La renouée du Japon vient d'Asie, elle a été introduite en Europe au 19ème siècle  - Radio France
La renouée du Japon vient d'Asie, elle a été introduite en Europe au 19ème siècle © Radio France - Amélie Bonté

Une seule technique pour en venir à bout : les boucs !

ECOUTEZ le reportage d'Amélie Bonté à Saint Romain de Colbosc

Les agents de la collectivité ont tout tenté même les produits phytosanitaires vantés par les industriels (interdit depuis un an) n'en viennent pas à bout. Une seule solution : le bouc ! Ils sont donc 14 sur cette parcelle test et depuis le mois de mars, ils mangent la renouée du Japon...La plante n'est pas toxique pour les boucs et en plus ils en sont très friands. De plus, pour les agriculteurs locaux intéressés , c'est une solution d'éco-pâturage gratuite!

A l'arrière-plan, laplante avec ses feuilles sur une parcelle voisine. Devant, ce qu'il en reste après le passage des boucs, uniquement des tiges. - Radio France
A l'arrière-plan, laplante avec ses feuilles sur une parcelle voisine. Devant, ce qu'il en reste après le passage des boucs, uniquement des tiges. © Radio France - Amélie Bonté