Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

A Serques, près de saint-Omer, des poules dévorent les restes de cantine

samedi 8 septembre 2018 à 2:05 Par Matthieu Darriet, France Bleu Nord

Toutes les initiatives sont bonnes à prendre pour réduire les déchets. Dans l’agglomération de Saint-Omer, après l’installation de composteurs, des poulaillers ont faire leur apparition. Trois écoles sont équipées de ces mangeuses d'épluchures, comme à Serques.

Un poulailler a été installé près de l'école de Serques ; les poules ont nourries avec les restes de la cantine, sous les yeux des enfants.
Un poulailler a été installé près de l'école de Serques ; les poules ont nourries avec les restes de la cantine, sous les yeux des enfants. © Radio France - Matthieu Darriet

Serques, France

Il y a bien sûr un coq au milieu des cinq poules. Ils portent le prénom des élues et des employés communaux. C’est eux qui sont chargés de récupérer les déchets de la cantine de l’école, sous l’œil des enfants :

Quand il y a des restes qui ne servent plus à rien, on les donnent aux poules. 

C'est comme une poubelle à nourriture ; comme ça, ça ne pollue pas la planète. 

Et en plus les poules, ça fait des œufs et de la viande !

Au départ, les élus voulaient un cochon, pour les restes de cantine, mais c’était eu peu compliqué à mettre en œuvre. Et puis, grâce à leurs œufs, les poules sont apparues plus pédagogiques. Elles sont visibles depuis la cour de récréation, par les enfants. Marie Lefèvre est la maire de Serques : "l'idée est d'associer les enfants et de faire que les parents prennent conscience que, eux aussi, chez eux, ils peuvent avoir des poules".

Cela fait partie d'une éducation, comme de ne pas jeter de papier par terre. Ce sont des petites actions, comme le tri ou le compostage.

Mais à cause de la réglementation, les contacts entre les enfants et les poules sont très limités et impossible de consommer les œufs de l’école à la cantine, ou de les donner aux familles.