Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Adduction d'eau : Vienne s’achète une conduite

mercredi 8 mars 2017 à 6:00 Par Jacky Page, France Bleu Isère

1.275.000 mètres cubes.... Le débit donne le tournis. C’est le volume d’eau qui s’échappe chaque année de la vieille conduite alimentant une bonne partie de la ville de Vienne, dans le Nord Isère. Des travaux ont débuté pour faire cesser les fuites et remplacer la conduite.

Les travaux ont commencé sur trois tronçons sur la RD 41, ici près de la station de pompage de Gémens
Les travaux ont commencé sur trois tronçons sur la RD 41, ici près de la station de pompage de Gémens © Radio France - Jacky Page

Vienne, France

À Vienne, on l’appelle la conduite « Bonna », du nom de l’inventeur, en 1894, de ce type de tuyauterie en béton armé. Celle-ci, d’un diamètre de 800 millimètres, a été installée à la fin des années 50 dans al ville du Nord Isère. Depuis la station de pompage de Gémens, elle achemine l’eau d’une grande partie de la ville, six kilomètres plus loin, en suivant le cours de la Gère où elle apparaît par endroits à l’air libre. Mais, les années passant, la vieille canalisation s’est mise à fuir. Considérablement. Plus d’un million de mètres cubes sont perdus chaque année alors que cette eau a nécessité de l’électricité pour son pompage, a été traitée pour être potable, avant finalement de se déverser dans la Gère sans avoir été utilisée.

Un gaspillage taxé 200.000 euros

Outre le gaspillage, cette eau coûte cher puisque l’État impose désormais un taux de rendement des captages de 80%. À Vienne, ce n’est que 60%. Des pénalités sont donc infligées sous la forme d’une taxe dont les Viennois s’acquittent sur leur facture d’eau : 200.000 euros au total chaque année, versés à l’Agence de l’eau. Juste retour des choses, cette agence prend à sa charge 80% des travaux qui viennent de débuter sur la RD41.

L'actuelle conduite, le long de la Gère, est vétuste - Aucun(e)
L'actuelle conduite, le long de la Gère, est vétuste - Photo ville de Vienne

Une nouvelle conduite, en fonte, dont la longévité peut approcher le siècle, fabriquée par Saint-Gobain Pont-à-Mousson, va être enterrée sur un parcours de 5 kilomètres, suivant le tracé que les anciens avaient choisi à l’époque gallo-romaine, pour faire passer leur aqueduc. Sachant qu’on va forcément tomber sur des vestiges de cet ouvrage, les archéologues se tiennent prêts à intervenir, ce qui va rallonger la facture de 800.000 euros.

18 mois de travaux.... et d'embouteillages

Au total, sept millions d’euros seront dépensés pour ces travaux prévus pour durer 18 mois. Pour financer sa part, la ville, qui gère son eau en régie municipale, a anticipé il y a près de deux ans en augmentant de 12% le prix payé par l'usager. Néanmoins, souligne le maire Thierry Kovacs, le tarif reste parmi les moins chers de France, et moins cher en tout cas que si le réseau était confié en délégation de service public à une société privée.

  - Aucun(e)
- Ville de Vienne

Sur le terrain, trois entreprises locales sont à l’œuvre. La RD41 est éventrée sur deux mètres de profondeur. La conduite neuve est déposée au fond de la tranchée, qui est ensuite rebouchée avant de laisser la place à une quatrième entreprise chargée de refaire le revêtement de la route. À la fin des travaux, le réseau sera raccordé à la nouvelle conduite. L’opération sera menée de nuit, afin de limiter la gêne à la population, puisqu’elle impliquera une coupure d’eau de plusieurs heures.

En attendant, il faudra prendre son mal en patience dans les embouteillages dus à la circulation alternée sur les zones en chantier. Les départs des cars scolaires empruntant les axes en travaux sont avancés de 15 minutes, afin de permettre aux élèves d’arriver en cours à l’heure. Pour le réseau urbain L’va, les horaires sont avancés de 10 minutes.

→ POUR ALLER PLUS LOIN :