Climat – Environnement

Adoptez des poules : que sont-elles devenues un an après ?

Par Mathias Kern, France Bleu Gironde mercredi 2 avril 2014 à 5:56 Mis à jour le mercredi 2 avril 2014 à 7:03

Poules (illustration)
Poules (illustration) © Radio France - Mathias Kern

Il y a un an, la communauté de communes de Podensac avait fait cette offre : deux poules aux habitants qui en veulent pour réduire les déchets. Un an après, retour sur cette opération qui avait connu un bel engouement à l'époque.

Des poules à la maison pour réduire la poubelle. L'initiative peut faire sourire. Pourtant ça devient une tendance.

La Polyclinique Bordeaux Rive Droite propose à ses 310 salariés d'adopter des poules pour moins de déchets. Un tiers des salariés ont d'ores et déjà accepté. Mouvement lancé dans le cadre de la semaine du développement durable, jusqu'à lundi prochain, le 7 avril.

Michel récupère des oeufs tous les jours. - Radio France
Michel récupère des oeufs tous les jours. © Radio France
En plus de récolter des oeufs frais tous les jours, la poule fait aussi partie du cycle de recyclage. Une poule est censée ingurgiter 150 kilos par an de déchets alimentaires.

"Tous les déchets verts, je leur donne. Elles mangent tout." — Michel, un convaincu de la poule à la maison

À Barsac et dans toute la communauté de communes de Podensac, des habitants ont adopté des poules il y a un an. Et apparemment l’expérience a séduit, même si tous les animaux n’ont pas survécu, notamment à cause des prédateurs comme les renards.

On a aussi adopté des poules à la cantine scolaire depuis un an pour manger les restes. Et ça marche, dit Sylvie, la responsable.

"Les 3 poules de la cantine mangent les restes." : Sylvie, responsable de la cantine de Barsac.

Sylvie, la responsable de la cantine scolaire, récupère les oeufs tous les jours. - Radio France
Sylvie, la responsable de la cantine scolaire, récupère les oeufs tous les jours. © Radio France

Adopte une poule : Mathias Kern est retourné à Barsac un an après l’opération.