Climat – Environnement

Affaire Pal Pack à Mazières de Touraine : six mois de prison ferme requis contre l'ancien gérant

Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine vendredi 16 septembre 2016 à 12:27

La palais de justice de Tours.
La palais de justice de Tours. © AFP - Nicolas Thibaut

Un an de prison dont six mois avec sursis ont été requis contre l'ex-gérant de l'entreprise Pal Pack à Mazières-de-Touraine. Franck Lancelin était notamment jugé pour abandon et dépôt illégal de déchets. Pal Pack entreposait 550 tonnes de déchets plus ou moins toxiques.

Un an de prison dont six mois avec sursis ont été requis contre l'ex-gérant de l'entreprise Pal Pack à Mazières-de-Touraine. Franck Lancelin était jugé hier par le tribunal de Tours pour exploitation sans autorisation d'une entreprise spécialisée dans le retraitement des emballages plastiques, et pour abandon et dépôt illégal de déchets.

Pal Pack entreposait 550 tonnes de déchets plus ou moins toxiques dans un ancien élevage de volailles à Mazières. Conséquence: une pollution des sols aux hydrocarbures, au mercure, aux nitrates, et aux métaux. Outre la prison, le procureur a également requis 50.000 euros d'amende. Le tribunal a mis son jugement en délibéré au 10 novembre 2016.

Le gros bazar

Trois associations de défense de l'environnement se sont portées parties civiles dans ce dossier. Le procès a révélé la situation incroyable du site de Pal Pack à Mazières-de-Touraine. "Chez Pal Pack, c'était le gros bazar" n'a pas hésité à dire la présidente du tribunal.

C'est du Nutella

L'entreprise stockait sens-dessus-dessous des centaines de tonnes de déchets plus ou moins toxiques. La Direction régionale de l'environnement a retrouvé dans le sol des traces d'hydrocarbures, de mercure, de nitrates, sulfates et autres métaux...."C'était quoi cette substance pâteuse et verte qui s'échappait des fûts métalliques" demande la présidente ? "Du Nutella" répond l'ex-gérant de Pal Pack.

Tout au long de son procès, Franck Lancelin a nié l'évidence, répétant que Pal Pack ne traitait selon lui que des produits agro-alimentaire sans danger. Pour l'avocate de Franck Lancelin, l'ex-gérant était débordé par le labyrinthe des lois sur l'environnement. Il n'a jamais su répondre au multiples mises en demeure pour faire les travaux de protection obligatoires.

Partager sur :