Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

ALERTE ROUGE : L’Italie plus réactive que la Corse

vendredi 25 novembre 2016 à 11:22 Par Hélène Battini, France Bleu RCFM

Après les intempéries qui ont touché la Corse jeudi 24 novembre 2016, une question se pose quant au déclenchement de l’alerte rouge. Pourquoi en Ligurie, région de l’Italie voisine, cette alerte a été déclenchée quinze heures plus tôt qu’en Corse ?

La Haute-Corse bascule en alerte rouge
La Haute-Corse bascule en alerte rouge - Météo France

Corse, France

Au lendemain d’évènements exceptionnels et au vu de leurs conséquences, un questionnement concernant la gestion de cette crise, et la réactivité des services s’impose. *Pourquoi la préfecture de Haute Corse a-t-elle placé le département en alerte Rouge jeudi 24 novembre à midi alors qu'en Ligurie cette alerte rouge était en place depuis la veille 21h ? Les autorités italiennes ont été beaucoup plus réactives dès l'annonce de l'arrivée de cette forte perturbation sur les côtes ligures.

Mercredi soir à 21h le responsable de la protection civile de Ligurie annonçait à la presse et aux populations le placement de sa région en alerte rouge. Pour justifier cette décision, il s'appuyait sur une carte (de météo Italia) montrant clairement le déplacement de cette forte perturbation vers les côtes ligures, corses et sardes. L’annonce a été faite par Giacomo Giampedrone le responsable de la protection civile italienne.

« L’inquiétude majeure en rapport avec les cumuls de pluie enregistrés jusqu’à aujourd’hui, et surtout concernant ceux que l’on pourrait enregistrer dans les prochaines heures, nous avons une situation d’alerte rouge à partir de 21h ce soir pour l’ouest de la Ligurie. »

Giacomo Giampedrone, responsable de la protection civile italienne

Dès mercredi 23 novembre au soir, les dispositions ont été prises pour alerter les populations. Le lendemain, les écoles étaient fermées et la circulation sur le littoral ligure limitée. C'est donc avec quinze heures de retard que la Haute-Corse est passée de l'orange au rouge. Pourtant les cartes météo, qu'elles soient françaises ou italiennes, ne laissaient aucun doute quant à l'importance de la perturbation.

Pourquoi un tel décalage ?

L’alerte rouge est par définition plus dissuasive. Son objectif est d’informer la population sur le caractère particulièrement extrême des conditions météorologiques et du risque encouru. Une alerte rouge implique de limiter au maximum les déplacements. Un des principaux mouvements d'automobilistes en cas d’intempéries concerne les parents d’élèves, qui viennent récupérer leurs enfants dans les établissements scolaires. Si les autorités départementales de Haute-Corse avaient déclenché l'alerte rouge le mercredi 23 au soir, comme cela a été le cas en Ligurie, les parents n’auraient pas emmené leurs enfants à l’école le lendemain et les automobilistes en difficulté auraient été moins nombreux.

Qu'en est-il du principe de précaution ?

Invité de la rédaction de RCFM au lendemain de la catastrophe, le prefet de Haute-Corse, Alain Thirion dément tout retard.

« On est passé en alerte rouge quand on s’est rendu compte qu’on avait un phénomène cumulatif, à la fois de très fortes précipitations concentrées, un phénomène d’inondation important lié à la nature des cours d’eau qu’on a en Corse et puis surtout l’importance des rafales de vent…En fin de matinée hier météo France a décidé de passer en alerte rouge. J’ai pris la décision de mettre en place le centre opérationnel à 9h30 du matin et les mesures prises pour réguler la circulation et donner des conseils de prudence et de précaution à l’ensemble des habitants de la Haute-Corse ont été données dès 10h. »

Le préfet de Haute-Corse, Alain Thirion.

Cet évènement rappelle la mini tornade qui a touché Ajaccio au début du mois d’octobre 2016. Ce jour-là trois cent enfants se trouvaient sous un chapiteau place Miot. L’alerte n’avait été donnée qu'une demi-heure avant l’arrivée du phénomène.