Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Allergies : le pollinarium de Sainte-Feyre est désormais opérationnel

jeudi 15 février 2018 à 5:10 Par Margot Delpierre, France Bleu Creuse

Situé au centre médical MGEN de Sainte-Feyre près de Guéret (Creuse), le pollinarium est un jardin constitué uniquement de plantes allergisantes, étudiées au quotidien pour prévenir les émissions de pollen. Il va donner ses premiers résultats cette saison.

Le pollinarium de Creuse va donner ses premiers résultats cette saison (illustration)
Le pollinarium de Creuse va donner ses premiers résultats cette saison (illustration) © Maxppp - Sebastien JARRY

Sainte-Feyre, France

Le pollinarium est enfin opérationnel. Ce nom plutôt scientifique désigne un jardin sur les hauteurs du centre médical de Sainte-Feyre. Il est composé de différentes plantes prélevées dans un périmètre de 20 kilomètres autour du centre.

"On a rassemblé des plantes sauvages d'une liste de plantes allergiques dressée par les allergologues. Donc il y a du bouleau, châtaignier, aulne, saule pour les arbres, et principalement des graminées fourragères pour les plantes herbacées", explique le botaniste Claude Figureau.

Le but est d'observer les émissions de pollen en temps réel pour en informer immédiatement les personnes allergiques. L'Anses estime qu'en France, environ 30% de la population adulte est concernée.

Les résultats sont communiqués gratuitement sur un site internet. On peut le consulter simplement ou s'inscrire à une alerte que l'on reçoit ensuite par courriel. 

Le pollinarium présente un avantage indéniable par rapport aux capteurs, système classique de surveillance des pollens : il permet de prévenir les allergiques avant l'apparition des premiers symptômes.

"Le capteur placé sur un toit d'immeuble capte des pollens qui volent dans l'air. Sauf que l'information apparaît trop tard. Les patients sont déjà gênés", précise Claude Figureau.

Le pollinarium devrait présenter ses premiers résultats au printemps 2018.