Climat – Environnement

Allonnes : des habitants s’opposent au projet d’usine de méthanisation

Par Bertrand Hochet, France Bleu Maine mardi 15 septembre 2015 à 18:48

Le projet prévoit une implantation de l'usine Biogaz en face du champ solaire
Le projet prévoit une implantation de l'usine Biogaz en face du champ solaire © Radio France - Bertrand Hochet

Cette centrale Biogaz pourrait voir le jour dans la zone d'activité du Monné, près du champ solaire. Des riverains dénoncent de possibles nuisances sonores et olfactives ainsi que des risques pour leur santé. Ils demandent l’implantation de cette usine plus loin des habitations.

Le projet prévoit que cette usine de méthanisation traite plus de 36.000 tonnes de matière organique (par exemple des invendus de supermarchés ou les déchets des cantines scolaires de l'agglomération du Mans) pour produire du gaz qui sera ensuite réinjecté dans le réseau de distribution de GRDF.

Ce type d’installation présente des risques en raison du caractère explosif et inflammable du biogaz (dû notamment à la présence de méthane et d’hydrogène) et du caractère toxique du sulfure d’hydrogène par inhalation. L’usine peut aussi dégager de mauvaises odeurs et générer un trafic important de camions. Ces conséquences ont été évaluées par la DREAL. Au terme de son étude d’impact, la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement estime que le porteur de projet présente des garanties suffisantes pour faire face à ces risques.

La crainte du bruit, de mauvaises odeurs et d’une explosion

Pour autant, des habitants des "Hautes Métairies" et de "Beau Soleil" à Allonnes expriment leur opposition au projet. « Une usine de méthanisation ne produit pas que du méthane mais aussi de l’hydrogène sulfuré, éventuellement du benzène et des rejets de dioxyde de carbone. C’est assez compliqué », avance Clément Mazier l’un d’entre eux. Ce riverain a recherché les projets du même type ailleurs en France : « on s’aperçoit qu’il y a ici et là des incendies, des explosions et des nuisances diverses, pas uniquement de mauvaises odeurs ». Joël Beauvilain qui habite à 500 mètres à vol d’oiseau du lieu pressenti pour l’implantation de l’usine renchérit : « qui dit biogaz dit gaz, nuisances explosives, nuisances sonores par le fait que les camions viendront apporter les différents déchets. Sans compter les mouches en pagaille ».

Le collectif de riverains qui s'est monté il y a une dizaine de jours dit avoir déjà récolté plus de 600 signatures dans une pétition. Ces personnes regrettent de ne pas avoir été averties du projet par la mairie d'Allonnes. Elles demandent que l’usine soit installée le plus loin possible des habitations : "Pourquoi pas de l’autre côté (du champ solaire, ndlr), où il y a beaucoup plus de place, avance Clément Mazier, puisqu’il y a un risque, quelles que soient les précautions prises, il faut éloigner ces structures-là".

Le dossier consultable en mairie

Ni le maire d’Allonnes ni son cabinet n’étaient joignables ce mardi 15 septembre. Les riverains en colère ont rencontré Gilles Leproust qui, d’après eux, s’est engagé à les laisser exprimer leurs réserves sur ce projet aux élus lors du Conseil Municipal de mercredi prochain, le 23 septembre.

En attendant, le projet d'installation de cette usine de méthanisation de déchets organiques est consultable en mairie d'Allonnes. Les habitants peuvent donner leur avis. Le commissaire enquêteur tient une permanence ce vendredi 18 septembre à l'Hôtel de Ville, de 14h à 17h et le mercredi 23 septembre, de 15h à 18h.