Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Alpes : des élus posent fusil à la main et demandent de nouvelles mesures face aux attaques de loups

dimanche 5 novembre 2017 à 18:38 - Mis à jour le lundi 6 novembre 2017 à 8:11 Par Nelly Assénat, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Des élus de Savoie, mais aussi d'Isère et d'autres départements français posent pour une photo choc, fusil à la main, avec un slogan : "N'obligez pas les maires à faire ça !". Ce lundi ils demandent un assouplissement des règles pour prélever les loups dans les Alpes.

Les élus n'hésitent pas à poser fusil à la main
Les élus n'hésitent pas à poser fusil à la main - USAPR

Savoie, France

C'est une image choc et ils en sont conscients. Plus d'une quinzaine de maires de communes de montagne de plusieurs départements posent fusil à la main avec un slogan : : "N'obligez pas les maires à faire ça !". C'est un communiqué de presse de L'USAPR (Union pour la sauvegarde des activités pastorales et rurales) qui se propage depuis plusieurs jours dans les médias et sur les réseaux sociaux.

On risque d'aller vers des dérives de braconnage—Pierre-Yves Bonnivard, Président de l'USAPR

Le Président de L'USAPR, Pierre-Yves Bonnivard qui est aussi maire de Saint-Colomban des Villards (Savoie) met les choses au point tout de suite : "Non, les maires ne sont pas prêts à tuer des loups eux-mêmes (...) c'est surtout une image d'alerte. Il risque de se passer des choses hors-la-loi, avec du braconnage".

Tous ces élus sont inquiets face à la multiplication des attaques des loups dans les Alpes sur les troupeaux. Alors que le gouvernement doit présenter son nouveau plan Loup pour la période 2018-2023, ces élus demandent à être entendus.

"Les mesures de protection ne suffisent plus", dit Pierre-Yves Bonnivard, "le loup s'adapte par exemple à la présence des bergers, des clôtures ou des chiens".

"Les maires ne savent plus quoi faire"-Pierre-Yves Bonnivard, maire de Saint-Colomban des Villards

L'USAPR demande notamment l'assouplissement des règles administratives pour prélever des loups, c'est-à-dire obtenir des autorisations plus facilement pour pouvoir tirer sur des loups qui menacent des troupeaux.

L'avis est le même pour Patrick Bois, maire de Bramans en Haute-Maurienne : "Les tirs d'effarouchement ne suffisent plus à éloigner les loups. Ils reviennent toujours". "On veut se faire entendre", dit le maire de Bramans. Les élus regrettent de ne pas être associés aux réflexions du gouvernement pour le futur plan Loup.

"On veut se faire entendre"-Patrick Bois, maire de Bramans

Ce lundi, l'USAPR participe à une réunion de travail à la Tour de Salvagny près de Lyon, en présence d'élus, de représentants des organisations syndicales et de scientifiques. Ils vont proposer des mesures pour le futur plan Loup du gouvernement que l'on attend pour la mi-décembre.

  - Visactu
© Visactu