Climat – Environnement

Amandois : des camions révolutionnaires pour ramasser les poubelles

Par Michel Benoît, France Bleu Berry dimanche 18 décembre 2016 à 14:35

Des camions à benne bi compartimentée : pas de rippeur, le chauffeur s'occupe aussi du bras comandé pour prendre les bacs
Des camions à benne bi compartimentée : pas de rippeur, le chauffeur s'occupe aussi du bras comandé pour prendre les bacs © Radio France - Michel Benoit

Le SMIRTOM (Syndicat Mixte de Ramassage et de Traitement des ordures Ménagères) de l'Amandois multiplie les innovations pour ne pas avoir à augmenter la redevance ordures ménagères.

La nouvelle déchèterie du syndicat des ordures ménagères de l'Amandois, vient d'être inaugurée à Drevant, près de St-Amand-Montrond. Le Smirtom de l'Amandois a investi près de 3 millions d'euros dans des innovations qui vont changer les habitudes des 56.000 habitants concernés.

Le député Yann Galut a coupé le ruban pour l'inauguration de la nouvelle déchèterie de Drevant. - Radio France
Le député Yann Galut a coupé le ruban pour l'inauguration de la nouvelle déchèterie de Drevant. © Radio France - Michel Benoit

Le plus gros changement, ce sera au 1er janvier : les habitants auront reçu des bacs à roulettes bi compartimentés. Ils seront ramassés par un camion unique en France : une benne elle aussi bi compartimentée. Les déchets continueront donc d'être séparés durant la collecte. Cela limite les opérations de tri en aval. Mais surtout : on peut faire deux collectes en un seul passage. Ca revient moins cher, c'est plus écologique, mais le ramassage ne se fera plus qu'une seule fois par mois (ce qui risque d'en faire râler pas mal). Réduire les coûts pour ne pas augmenter la redevance ordures ménagères, explique le président Bernard Jamet, qui croit à l'économie circulaire.

Les déchets verts sont triés, broyés et séchés avant d'être compactés en bûchettes. - Radio France
Les déchets verts sont triés, broyés et séchés avant d'être compactés en bûchettes. © Radio France - Michel Benoit

Le Smirtom est le seul à produire des bûchettes de chauffage à partir des déchets verts amenés par les habitants (3.000 tonnes par an). Jean-Baptiste Merchier, directeur du Smirtom reconnait que le procédé n'a pas été facile à mettre au point. Le syndicat a investi 1,9 million d'euros pour cette unité de production.

Les déchets verts, une fois broyés - Radio France
Les déchets verts, une fois broyés © Radio France - Michel Benoit

Le sac de 5 bûchettes de 7,5 kilos sera vendu 2,50 euros. La production vient de démarrer.