Climat – Environnement

Ametyst, l'usine de méthanisation de Montpellier, produit enfin du compost

Par Pascale Viktory, France Bleu Hérault mardi 11 octobre 2016 à 19:31

Ametyst, usine de méthanisation de Montpellier
Ametyst, usine de méthanisation de Montpellier © Radio France - Pascale Viktory

Ametyst, l'usine de méthanisation de la métropole de Montpellier, produit de plus en plus de compost. Suez, le gestionnaire de l'usine, a investi 10 millions d'euros dans un nouveau système de valorisation des déchets ménagers. Objectif en 2017 : 33 millions de tonnes de compost.

Huit ans après sa mise en service, Ametyst , l'usine de méthanisation de la métropole de Montpellier produit (enfin) du compost.

C'est grâce à l'installation d'un nouveau système dit de "haut criblage" plus performant de traitement des déchets organiques, dans les trois jours après leur arrivée (cela permet de mieux séparer les matières non organiques comme des restes d'emballage, de plastique, des bio déchets...) et donc de produire du compost de meilleure qualité et en plus grande quantité. Un investissement de 10 millions d'euros pour Suez, le gestionnaire d' Ametyst.

"Ametyst est la seule usine en France qui fonctionne avec des déchets urbains mélangés, ce qui est extrêmement compliqué." Jean-Louis Chaussade, directeur général de Suez

matière organique après ultra criblage  - Radio France
matière organique après ultra criblage © Radio France - Pascale Viktory

En 2012 , Ametyst sortait 175 tonnes de compost par mois. Aujourdhui, la production est passée à 1.800 tonnes par mois. Un compost "normé" qui répond donc aux exigences européennes et qui peut être utilisé par les agriculteurs, à qui il est, pour une grande partie, distribué gratuitement.

L'objectif de Suez est d'en produire 33.000 tonnes en 2017.

"Avant, on devait attendre la fin du cycle complet, soit deux mois, pour savoir si on avait du compost "normé". Là, au bout de trois jours, grâce au système d'ultracriblage, on est capable d'assurer que la matière organique est extrêmement épurée et qu'on aura un compost de haute qualité." Guillaume Ribour, directeur du pôle méthanisation

Guillaume Ribour, directeur Pôle méthanisation

laboratoire de  verification de la qualité du compost  - Radio France
laboratoire de verification de la qualité du compost © Radio France - Pascale Viktory

Francois Vasquez, le porte parole de l'association des riverains de Garosud, dénonce "une farce de mauvais goût" .Il dénonce un gaspillage de l'argent public et remet en question la qualité du compost produit.

"Qui va acheter ce compost, à quel prix ? Personne. C'est un compost pollué puisqu'il n'est pas issu exclusivement des bio-déchets, mais de tout ce que l'on met dans la poubelle grise. Et trié mécaniquement, même avec la plus belle machine, ce compost n a pas de valeur." Francois Vasquez, porte parole de l'association des riverains de Garosud

François Vasquez, Asso des riverains de Garosud

Ametyst traite 140.000 tonnes de déchets par an pour une population de 420.000 habitants. Ametyst produit déjà de l'électricité et de la chaleur qui alimentent le quartier des Grisettes et la nouvelle clinique Saint-Roch à Montpellier

Partager sur :