Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Ancienne mine d’uranium des Bois noirs : des riverains scandalisés par l’attitude d'Orano, ex-Areva

vendredi 13 avril 2018 à 19:27 Par Émeline Rochedy, France Bleu Saint-Étienne Loire

Le collectif des Bois noirs s'insurge du fait qu'Orano, ex-Areva, ne se plie pas à un arrêté du préfet de la Loire à propos des eaux du lac où sont stockés les déchets de l'ancienne mine d'uranium de Saint-Priest-la-Prugne. L'industriel a choisi de contester cette mise en demeure en justice.

Le lac articifiel, la digue et la vallée de la Besbre
Le lac articifiel, la digue et la vallée de la Besbre - Collectif des Bois Noirs

Saint-Priest-la-Prugne, France

Le collectif des Bois noirs, à cheval sur l'Allier, la Loire et le Puy-de-Dôme, monte à nouveau au créneau contre Orano, ex-Areva, concernant l'ancienne mine d'uranium de Saint-Priest-la-Prugne (Loire), au sud-ouest de Roanne. 

Le site a fermé en 1980 et des déchets sont stockés dans un lac artificiel. Il y a une digue mais parfois cela peut déborder. Les premiers temps un salarié venait régulièrement pomper l'eau, selon le collectif des Bois noirs, pour qu'elle soit traitée avant de se verser dans la rivière, la Besbre. Mais toujours d'après ce collectif, depuis trois ans cette surveillance s'est dégradée. Une personne ne viendrait plus qu'une fois tous les quinze jours. Ça ne suffit pas non plus aux yeux du préfet de la Loire qui a pris au moins un arrêté en novembre 2017 pour demander à Areva Mines de remédier à la situation (cf le document plus bas). 

Un procès à venir entre l’État et Orano, anciennement Areva

En attendant de l'eau radioactive se déverse dans la rivière, selon le collectif des Bois noirs qui a utilisé un drone pour se rendre compte du chemin que l'eau débordant du lac prenait. De son côté la Criirad assure avoir mesuré une forte radioactivité de l'eau en aval et une contamination de l'environnement sur plusieurs dizaines de kilomètres.

Orano explique qu'il réalise une étude d'impact à long terme et qu'un système de pompage est prévu pour acheminer l’eau vers la station de traitement des eaux. L'industriel promet aussi un réaménagement de cette station pour qu'elle soit plus efficace au second semestre 2018. Voici in extenso les réponses qu'une porte-parole d'Orano nous a envoyées par mail.

Le bulletin d'information du collectif des Bois noirs 

Novembre 2017, la mise en demeure du préfet de la Loire