Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement DOSSIER : Le G7 à Biarritz

Bayonne : les 128 portraits officiels d'Emmanuel Macron décrochés exposés dimanche lors du contre-sommet du G7

Des militants anti-G7 vont faire défiler ce dimanche à Bayonne les portraits officiels d'Emmanuel Macron qui ont été décrochés depuis plusieurs mois un peu partout en France. Une façon de dénoncer "l'opposition entre le discours et les actes d'Emmanuel Macron" en matière d'écologie.

À l’occasion du G7 à Biarritz, des portraits du président Macron réquisitionnés dans toute la France ressortiront au grand jour
À l’occasion du G7 à Biarritz, des portraits du président Macron réquisitionnés dans toute la France ressortiront au grand jour - DR

Bayonne, France

Ce dimanche, à l'occasion du contre-sommet G7 au Pays Basque, les mouvements Alternatiba, ANV-COP21 et Bizi organisent une "marche des portraits" pour le climat et la justice sociale à Bayonne. Défileront les 128 portraits qui ont été décrochés dans les différentes mairies ces derniers mois. 

Des portraits officiels recherchés par la police et la gendarmerie

"Ce sont des portraits qui ont été réquisitionnés par des gens qui ont décidé de désobéir pour dénoncer l'opposition entre le discours et les actes d'Emmanuel Macron" explique Jérémie, un militant isérois d'Action Non Violente COP21. Lui avait participé au décrochage d'un portrait à Poisat en avril dernier. Il sera d'ailleurs jugé en novembre à Grenoble pour cette action. 

Lire aussi >>> Le portrait d'Emmanuel Macron, décroché de la mairie de Poisat par des militants pro-climat

Lors de cette marche des portraits, _"_ily a aura aussi des faux portraits dans les rues de Bayonne", poursuit Jérémie. Histoire de semer la confusion au sein de "la police et la gendarmerie qui considèrent que ce sont des objets volés. Ils essaieront de les récupérer s'ils les trouvent".

Un action contre Emmanuel Macron et le G7, "une opération de communication"

Cette action sert à dénoncer "l'inaction climatique d'Emmanuel Macron" mais aussi "_le G7 "que Jérémie considère comme "une opération de communication des puissants de ce monde pour dire qu'ils discutent qu'ils organisent des choses." _

"Des G7 ça fait un certain temps qu'on en organise. Je ne sais pas exactement ce qu'il en ressort, mais jusqu'ici ils n'ont jamais trouvé de solution pour le réchauffement climatique. Donc nous on fait un contre-G7 pour dire que la société civile a plein de solutions à proposer mais il faut arrêter de donner tout pouvoirs aux multinationales, de faire du libéralisme au niveau mondial et de saper toutes les initiatives locales.", poursuit Jérémie.  

"On arrive à discuter avec tout le monde, que ce soit les black bloc ou les policiers"

La veille de la marche, samedi, se tiendra une grande marche pacifique des militants du contre-sommet au départ d'Hendaye. 13 200 policiers et gendarmes sont mobilisés pour assurer la sécurité du G7, mais aussi pour encadrer ces manifestations. Concernant les risques de face à face qui dégénèrent entre forces de l'ordre et manifestants, Jérémie le rappelle, son association ANV COP21 est non-violente. Dans cet esprit-là, il pourrait intervenir pour "faire baisser les tensions" car "on arrive à discuter avec tout le monde, que ce soit les black bloc ou les policiers"

On part confiants

Ils utilisent "des slogans, des gestes, des mains en l'air, dévier les foules, faire en sorte que tout le monde d'assoie. Ça marche avec la police en général parce qu'ils ne peuvent pas charger avec des gens qui sont les mains en l'air. A priori il n'y a pas de raison que ça se passe mal avec la police, même Castaner a dit qu'il tolérait les rassemblements pacifiques donc on part confiants."

Choix de la station

France Bleu