Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Manifestation contre la captivité des animaux à Marineland en plein boom des vacances

samedi 11 août 2018 à 21:12 Par Caroline Pomès, France Bleu Azur et France Bleu

Une vingtaine de défenseurs de la cause animale se sont rassemblés ce samedi devant le parc aquatique Marineland à Antibes à l'appel de l'association "C'est assez !" en plein mois d'août. Les touristes étaient interloqués.

Une vingtaine de militants contre la captivité des animaux se sont réunis devant Marineland ce samedi.
Une vingtaine de militants contre la captivité des animaux se sont réunis devant Marineland ce samedi. © Radio France - Caroline Pomès

Antibes, France

Les militants ont bien choisi la dleurate de  manifestation. Même si les défenseurs de la cause animale n'étaient pas nombreux ce samedi en fin d'après-midi devant Marineland, à Antibes, la présence des militants a interpellé les touristes

A la veille du 15 août, le parc aquatique enregistre des centaines d'entrées par jour. La vingtaine de militants devant les grillesavec des pancartes et des orques en plastique fait donc se poser des questions aux touristes, qui prennent des tracts en sortant du parc. "Les mentalités ont évolué", se réjouit Emmanuelle Sultani, référente Provence de "C'est assez !", une association pour la défense des animaux. 

"Nous sommes égoïstes et partagés : d'un côté on aime voir les animaux qu'on ne verrait jamais et de l'autre on est triste qu'ils soient en cage." - Laurent, un touriste venu de Toulouse. 

Même si les touristes continuent à visiter le parc aquatique où la présence d'ours polaire fait débat. "Nous sommes égoïstes et partagés : d'un côté on aime voir les animaux qu'on ne verrait jamais et de l'autre on est triste qu'ils soient en cage", explique Laurent qui sort du parc avec ses enfants. 

L'association demande encore que l'ours polaire Raspoutine soit sorti de Marineland, mais la direction refuse. Pour elle, il n'y a rien qui prouve que l'animal souffre de sa captivité ni de la chaleur. 

Une pétition a rassemblé plus de 150.000 signatures sur internet. Une vidéo tournée dans le parc par une des militantes avait mis le feu aux poudres. On y voit l'ours faire des aller-retour et baver. La direction assure que ce comportement est normal.