Climat – Environnement

Ardèche : 150 éleveurs demandent l'éradication du loup sur le département

Par Stéphane Milhomme et Nathalie Rodrigues, France Bleu Drôme-Ardèche lundi 16 juin 2014 à 20:19

150 éleveurs de l'Ardèche demandent l'éradication du loup, le 16 juin 2014.
150 éleveurs de l'Ardèche demandent l'éradication du loup, le 16 juin 2014. © Radio France - Nathalie Rodrigues

Les éleveurs de Drôme Ardèche étaient ce lundi devant la préfecture à Privas. Ils ont profité de la tenue du comité grands prédateurs pour se faire entendre. Ils dénoncent l'avancée du loup en Ardèche après quatre attaques en moins de quinze jours, notamment à Laviolle et Lachamp Raphaël, secteurs épargnés jusqu'à présent. Ils ne veulent pas que le loup s'installe sur leurs terres.

L'éradication du loup. Pas moins. C'est ce qu'ont demandé 150 éleveurs réunis devant la préfecture de l'Ardèche ce lundi à Privas. S'y tenait un comité départemental sur les grands prédateurs. Les agriculteurs dénoncent une avancée du loup sur le département. Il y a eu six attaques ces deux derniers mois, y compris sur des secteurs épargnés jusqu'ici comme Lachamp Raphael et Laviolle.

Une nouvelle zone de présence permanente du loup

Des élus étaient là, des éleveurs drômois aussi venus en soutien. Et une vrai colère se fait ressentir. Le ton est même monté quand le préfet Bernard Gonzales est descendu à la rencontre des agriculteurs.

Manifestation contre le loup à Privas, Ardèche

Le représentant de l'Etat a annoncé qu'une zone de présence permanente du loup venait d'être établie. Elle concerne une quinzaine de communes autour du Cellier-du-Luc, là où le loup a été pris en photo l'an dernier. Les autorisations de tirs de défense pour les éleveurs attaqués seront plus larges, établies pour toute la saison et non plus trois semaines. Des tirs renforcés aussi peuvent être mis en place : des éleveurs pas touchés par des attaques peuvent être autorisés à tirer.

Mais pour les éleveurs ardéchois, ce n'est pas suffisant. Eux veulent que le loup soit éradiqué en Ardèche, et cette zone de présence permanente n'englobe pas les communes où il a attaqué ces derniers jours.

Partager sur :