Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Ardèche : une solution pour ne pas tuer les quatre daims en liberté ?

samedi 10 mars 2018 à 9:48 Par Victor Vasseur, France Bleu Drôme Ardèche et France Bleu

Une solution se dessine pour sauver les quatre daims en liberté en Ardèche. Ils doivent être tués après la publication d’un arrêté préfectoral il y a deux semaines. Une association de protection des animaux se dit prête à les accueillir.

Une association de Sedan s'est proposé pour accueillir les daims ardéchois.
Une association de Sedan s'est proposé pour accueillir les daims ardéchois. © Maxppp - Christian Watier

Ardèche, France

Pour la préfecture de l’Ardèche peu importe la manière, ces daims ne doivent pas rester en liberté dans la nature. Il faut les tuer pour éviter leur prolifération, "les détruire" comme le dit l'arrêté préfectoral.

Et pourtant il existe une autre solution. A Sedan, dans les Ardennes, une association de protection de la faune sauvage s’est proposée pour accueillir les quatre daims. Quand Éliane Ruiz, la secrétaire, a appris le sort réservé aux daims, elle n’a pas hésité : "Notre présidente à un grand parc. Elle accueille des animaux. Cela nous a beaucoup touché, c’est pour cette raison que l’on souhaite les sauver."

L’association One Voice organisera le transport

Sauver ces daims, c'est une possibilité, à condition que l'association s'en charge. Elle sera épaulée par l'organisation One Voice, présidée par Muriel Arnal.

"Nous pouvons tout à fait transporter ces animaux. Nous devons avoir des autorisations et que les animaux soient endormis. La capture doit être organisée par la préfecture. On a déjà transporté des lions, des éléphants, des tigres, des vaches ou encore de chèvres. Quatre daims, ça ne devrait pas nous faire peur !" Muriel Arnal, association One Voice.

En tout cas, l'arrêté publié par la préfecture de l'Ardèche il y a deux semaines est clair, si ce plan B n'aboutit pas, ces daims seront abattus d'ici le 27 mai prochain.