Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : Armada 2019 à Rouen

Armada 2019 à Rouen : Les bateaux se mettent au vert

Pour la 3e édition consécutive, un système de récupération des déchets a été mis en place par le Syndicat mixte d’élimination des déchets de l'arrondissement de rouen (Smédar). Chaque jour, une collecte fluviale est réalisée auprès des 50 voiliers accostés sur les quais.

Le bateau récupère les déchets tous les jours.
Le bateau récupère les déchets tous les jours. © Radio France - Romain Chevalier

Rouen, France

Amarré le long d'un voilier russe, le bateau vert et bleu du Syndicat mixte d’élimination des déchets de l'arrondissement de Rouen (Smédar), commence sa collecte des déchets. "Ils divisés en trois, le plastique, le verre et les ordures ménagères", détaille Armelle Sicot, la directrice de la communication du Smédar. 

A l'aide d'une grue, un agent monte chaque bac pour réceptionner les déchets correspondants.   

Les déchets sont triés en 3.  - Radio France
Les déchets sont triés en 3. © Radio France - Romain Chevalier

Plus de 10 000 tonnes de détritus

Pendant toute l'Armada, ce bateau souvent invisible aux yeux des visiteurs récupère les détritus de l'ensemble des navires. "Sur toute l'Armada, on attend entre 10 000 et 15 000 tonnes de détritus", précise-t-elle. Cela représente l'équivalent de 150 baleines

Des marins russes donnent leurs déchets au bateau du Smédar. - Radio France
Des marins russes donnent leurs déchets au bateau du Smédar. © Radio France - Romain Chevalier

Une montagne de déchets que le syndicat traite dans son usine de Grand Quevilly. "Les ordures ménagères sont incinérées pour la valorisation énergétique puisque l'usine produit de l'électricité et de la chaleur pour les habitants de la métropole", explique, André Delestre, le vice-président du syndicat.

Le bateau bleu et vert du Smédar. - Radio France
Le bateau bleu et vert du Smédar. © Radio France - Romain Chevalier

Au total, 10 000 foyers sont chauffés grâce à ce système.