Infos

Arrêt technique au pôle de valorisation Vernéa

Par Fany Boucaud et France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu Pays d'Auvergne jeudi 13 octobre 2016 à 23:21

le pôle de valorisation des déchets est en arrêt
le pôle de valorisation des déchets est en arrêt - Fany Boucaud

Une semaine déjà que l'unité de valorisation énergétique est arrêtée. Située à l'Est de Clermont-Ferrand, le pôle Vernéa permet de traiter plus des 2/3 des déchets produits sur le territoire (Puy-de-Dôme et du nord de la Haute-Loire). Et tous les 6 mois, le site est en arrêt technique.

Un arrêt technique de deux semaines afin d'effectuer des contrôles sur le matériel. Et surtout, vérifier le four. 100 personnes sont mobilisées, c'est deux fois plus de personnels que d'habitude sur le site. Et 20 corps de métiers interviennent : soudeurs, électriciens, mécaniciens... Un besoin car le site fonctionne 24h sur 24 et 7 jours sur 7.

L'énorme grappin pour prendre les déchets et les mettre dans le four - Aucun(e)
L'énorme grappin pour prendre les déchets et les mettre dans le four - Fany Boucaud

Mais si le four ne fonctionne pas, où partent les déchets ? "Ils sont mis en ballots, stockés sur le site et seront progressivement brûlés après les deux semaines de maintenance" explique Pascal Lanet, directeur de plusieurs sites de valorisation en France.

Les ballots de déchets - Aucun(e)
Les ballots de déchets - Fany Boucaud

Les ballots sont ensuite mis à l'extérieur du bâtiment en attente.

Ballots en attente - Aucun(e)
Ballots en attente - Fany Boucaud

Dans le bâtiment d'à côté, le four est en maintenance. Des ouvriers s'affairent à l'intérieur pour changer les lames des rouleaux. 6 rouleaux en tout qui permettent de bouger les déchets et de générer une meilleure combustion.

Les lames des rouleaux dans le four - Aucun(e)
Les lames des rouleaux dans le four - Fany Boucaud

Le four fait 39 mètres de haut. Alors avant d'intervenir sur les rouleaux, des alpinistes viennent sécuriser les lieux, tels des ramoneurs.

"Ce sont les premiers à intervenir dans le four. Ils vont faire tomber les accroches. Ce sont des résidus de combustion sur les murs susceptibles de chuter sur les ouvriers." Benoit Julhes, responsable sécurité.

Un four de 39 mètres de haut - Aucun(e)
Un four de 39 mètres de haut - Fany Boucaud

Les murs du four font plus de 50cm de large. Il faut aussi refaire les joints et remettre de nouvelles briques.

Quand on ouvre la porte du four... - Aucun(e)
Quand on ouvre la porte du four... - Fany Boucaud

Ordures ménagères triées, déchets industriels et encombrants, tout est brûlé. La chaudière du four génère de la vapeur qui va passer dans une turbine. Elle même va entraîner un alternateur qui va créer de l'électricité.

"Cet alternateur a une puissance de 15 Mégawatts. Ça permet l'alimentation en électricité de 70.000 habitants chaque année" Pascal Lanet, directeur de sites pour Suez Recyclage.

La turbine pour un maximum d'électricité - Aucun(e)
La turbine pour un maximum d'électricité - Fany Boucaud

Mais les fumées dégagées sont-elles si propres ? "On contrôle plus de 50 paramètres. Nous avons nos ordinateurs mais aussi des sociétés extérieures qui viennent vérifier nos fumées et même le ministère de l'environnement peut faire des contrôles inopinés" selon Sandrine Lamiral, responsable communication à Suez.

L'air du pôle de valorisation est traité en circuit fermé. Les odeurs de déchets restent à l'intérieur de l'usine et ne se propagent plus aux alentours. Les bienfaits des filtres en noix de coco...

Les odeurs traitées en interne - Aucun(e)
Les odeurs traitées en interne - Fany Boucaud

Les travaux et la main d'oeuvre coûtent à chaque arrêt technique 500 000 euros.

Le pôle de valorisation Vernéa se visite. Près de 2500 personnes viennent découvrir où sont triés leurs déchets chaque année.

Partager sur :