Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Assises de la biodiversité à Limoges : "le premier moyen d'action, c'est ce qu'on mange !"

jeudi 24 janvier 2019 à 11:22 Par Fabienne Joigneault, France Bleu Limousin

Quels enjeux pour la biodiversité en Limousin ? Comment agir au quotidien ? Gilles Boeuf, biologiste à la Sorbonne, et invité des Assises de la biodiversité en Nouvelle-Aquitaine, répondait à ces questions sur France Bleu Limousin ce jeudi matin. Il plaide pour un changement de modèle économique.

Gilles Boeuf, grand témoin des premières Assises de la biodiversité en Nouvelle-Aquitaine
Gilles Boeuf, grand témoin des premières Assises de la biodiversité en Nouvelle-Aquitaine © Radio France - Alain Ginestet

Limoges - France

Les premières Assises Régionales de la Biodiversité en Nouvelle-Aquitaine ont lieu ce jeudi à Limoges. Gilles Boeuf, professeur à la Sorbonne et président du Conseil scientifique de l'ABF en est le grand témoin. Il répondait à 8h15 sur France Bleu Limousin aux questions d'Alain Ginestet.

"Je comprends les Gilets jaunes, mais ça m'attriste de voir qu'on leur fait croire que l'écologie c'est secondaire

Quels sont les enjeux aujourd'hui pour la biodiversité à l'échelle du Limousin ?

Ce sont les mêmes qu'ailleurs. On est dans un système où les gens ont envie de vivre en paix, d'avoir des amis, de créer des emplois, de faire marcher une région, et d'y rester, sans la détruire. Avec deux gros problèmes : l'effondrement du vivant, et le changement climatique. Et il s'agit de faire prendre conscience aux citoyens que ce n'est pas une question d'écolo farfelu.

On parle beaucoup des gilets jaunes. Et ça m'attriste de voir qu'on cherche à leur faire croire que l'écologie c'est secondaire. Alors que les premiers à trinquer, ce seront eux évidemment. Je comprends leur mouvement : il y a une profonde injustice économique. Quand on voit que 26 personnes possèdent autant que la moitié de l'humanité, c'est indécent ! Il faut retrouver de l'harmonie.

"Il faut arrêter cette économique stupide et suicidaire !

Mais est-ce que l'écologie et l'économie sont nécessairement opposées ?

Non ! Mais il faut qu'on arrête une économie stupide et suicidaire, qui consiste à faire du profit en détruisant la nature ou en la surexploitant. C'est parfaitement faisable. Et il faut travailler autrement que sur le court terme. 

Les menaces sur la biodiversité, elles se traduisent comment en Limousin et en Nouvelle-Aquitaine ? 

Il n'y a pas encore d'espèces qui se sont éteintes en France. On assiste à l'effondrement du nombre d'individus : deux fois moins de moineaux, deux fois moins de rouge-gorge... Des oiseaux très communs, qu'on voyait partout dans notre enfance. Pareil pour les abeilles. En Limousin, comme ailleurs, c'est du à la destruction des écosystèmes : on détruit pour faire des villes, des parkings... On pollue. Et on pollue même des zones où l'homme n'est pas présent, comme l'Arctique ou l'Antarctique ! On dissémine tout partout, et on a des espèces envahissantes de plantes qui posent vraiment problème. On surexploite, c'est le cas pour la forêt et pour la pêche en mer. 

La forêt, justement, certains soulèvent cette question en Limousin... C'est le cas ?

Pour moi, non. Il y a plus de forêt qu'auparavant, mais ce ne sont pas les mêmes essences. Ce qui est gênant, c'est de systématiquement enlever la forêt qui était là avec des espèces locales et de la remplacer par des pins et des eucalyptus. 

Certains dénoncent la déforestation en Limousin. Question d'essences, surtout, pour Gilles Boeuf - Radio France
Certains dénoncent la déforestation en Limousin. Question d'essences, surtout, pour Gilles Boeuf © Radio France - Fabienne Joigneault

Que peut-on faire, nous, tous les jours ? 

D'abord en parler. S'engager en associatif, avec les amis, la famille, participer à des réunions. Et la première activité, c'est ce qu'on mange ! Si on mange plus d'aliments de proximité, moins de viande, des légumes plus variés, et bien il y aura à terme un effet de santé publique, et moins d'impact sur l'environnement. Mais attention, je ne suis pas du tout pour l'éradication de la viande : les prairies sont parmi les meilleurs systèmes de biodiversité dans une région comme le Limousin ! Donc c'est une affaire de compromis, de mesure et de méthode : on montre bien aujourd'hui que la façon dont on mène une production végétale ou animale peut changer l'impact sur l'environnement.