Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Au nord de Tours, la fronde des riverains après l'utilisation de glyphosate par la SNCF

-
Par , France Bleu Touraine

Arbres abattus, désherbage au glyphosate et autres produits phytosanitaires. Les chantiers d'entretien et de dévégétalisation menés cet été par la SNCF le long de la ligne Tours-Le Mans font hurler certains riverains du Val de Choisille. La SNCF les justifie pour des raisons de sécurité ferroviaire.

Pour la SNCF, la végétation peut fragiliser les talus des voies ferrées. Les riverains, eux dénoncent un "massacre à la sulfateuse"
Pour la SNCF, la végétation peut fragiliser les talus des voies ferrées. Les riverains, eux dénoncent un "massacre à la sulfateuse" © Radio France - François Desplans

La Membrolle-sur-Choisille, France

Un collectif créé, une pétition lancée sur Internet, dans le Val de Choisille, les riverains de la voie ferrée Tours-Le Mans sont scandalisés par les travaux de dévégétalisation menés cet été pour le compte de la SNCF. Ils sont surtout choqués de l'utilisation de produits chimiques tels que le glyphosate. Ces riverains estiment aussi que les entreprises sous-traitantes missionnées pour faire ce travail ont réalisé un véritable massacre environnemental.

J'ai l'impression qu'il y a eu une sulfateuse qui est venue pour tout brûler. On trouve ahurissant qu'on anéantisse comme ça la moindre herbe qui nous entoure. Même des arbres situés au pied du talus ont été coupés. Ce sont des Attila !", Patricia Lange, habitante à La Membrolle-sur-Choisille, au pied de la voie ferrée"

Au pied du talus, un bras de la Choisille coule au fond de son jardin. Patricia se demande du coup comment la SNCF s'assure que les produits chimiques ne ruissellent pas le long du talus et tombe ensuite dans le cours d'eau. 

Un massacre environnemental pour ces riverains, une obligation pour la sécurité ferroviaire selon la SNCF

Avec plusieurs riverains, ils ont décidé de créer le collectif "Val de Choisille face à la pollution chimique de la SNCF". Leur pétition postée sur le site change.org a déjà recueilli 40 000 signatures. Le collectif fait aussi remarquer qu'à cet endroit, la voie ferrée longe l'espace naturel sensible du Val de Choisille. Au département d'Indre-et-Loire qui gère ces espaces protégés, on se dit surpris par ces pratiques. Fabrice Boigard, le vice-président chargé des questions environnementales compte envoyer un courrier à la SNCF pour lui demander des explications. 

Justement, la SNCF assure qu'elle n'a pas le choix.  Ces chantiers de déboisement et de désherbage sont obligatoires. C'est la sécurité ferroviaire qui est en jeu. 

Qui dit végétation sur la voie, dit potentiellement une déformation car on va avoir de l'eau qui a stagné et la plate-forme qui soutient les rails peut se déformer. Les arbres peuvent tomber sur la voie, les caténaires ou pire sur un train," Sophie Téton, directrice régionale environnement et développement durable pour SNCF Réseau

La SNCF rappelle aussi qu'elle a toujours le droit d'utiliser du glyphosate contrairement aux communes et aux particuliers. Même autour d'un espace naturel sensible. " Nous travaillons bien évidemment sur d'autres techniques moins chimiques mais pour le moment, il n'existe aucune alternative efficace au glyphosate", précise Sophie Téton. "Imaginez si nous devions désherber à la main, il faudrait arrêter les circulations de trains."

Le grand objectif à terme pour la SNCF est de supprimer une majorité d'arbres le long des voies pour privilégier à l'avenir des prairies. 

Choix de la station

France Bleu