Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Avez-vous un risque de croiser un moustique-tigre en Normandie ?

mardi 31 juillet 2018 à 6:54 Par Olivia Cohen, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Le moustique-tigre n'a pas encore pris ses quartiers en Seine-Maritime et dans l'Eure, mais il est possible de se familiariser avec l'insecte et de prendre certaines précautions pour éviter l'invasion.

Le moustique-tigre est noir à rayures blanches et plus petit qu'une pièce d'1 centime d'euros
Le moustique-tigre est noir à rayures blanches et plus petit qu'une pièce d'1 centime d'euros © AFP - Remko de Waal

Seine-Maritime, France

Depuis quelques étés, c'est la question : le moustique-tigre va-t-il débarquer en Seine-Maritime et dans l'Eure ? Le moustique-tigre, contrairement au moustique lambda, est noir à rayures blanches, plus petit qu'une pièce d'1 centime d'euros et pas facile à repérer à l'œil nu. Il peut surtout transmettre des maladies graves comme la dengue ou le chikungunya. Il est officiellement installé dans la moitié sud de la France mais il a été observé à plusieurs reprises en région parisienne. L'insecte est probablement arrivé jusque-là via des voitures de particuliers, de retour de vacances. Donc prudence si vous partez en vacances dans le sud ou à Paris.

La chasse au moustique-tigre demande de bons yeux

"Pour l'heure, pas d'invasion prévue en Seine-maritime et dans l'Eure mais quelques rares spécimens ont été observés", explique le docteur Jean-Philippe Leroy, spécialiste des maladies tropicales et médecin au CHU de Rouen, ce qui n'empêche pas de prendre certaines précautions pour limiter l'apparition de "gîtes" où prolifèrent les moustiques : "On peut agir à son petit niveau en accomplissant des actes simples comme vider les coupelles d'eau stagnante sous son pot de fleurs ou sa canette qui a pris la pluie au jardin."

"Rassurez-vous, si vous avez des piqûres rouges et douloureuses, c'est la signature d'un moustique lambda et ça ne veut pas forcément dire que vous avez été la cible d'un moustique-tigre", selon le docteur Jean-Philippe Leroy : "Les signes qui doivent alerter les gens, ce sont des fatigues, fièvres et douleurs articulaires, symptômes d'un virus qui peut être transmis par un moustique-tigre."